S'abonner

Le Superéthanol-E85 a carburé en 2022

Publié le 24 janvier 2023

Par Florent Le Marquis
4 min de lecture
Avec une consommation en hausse de 83 % sur un an, le Superéthanol-E85 continue son ascension fulgurante en France. Plus de stations-service, de véhicules neufs flex-E85 et de boîtiers de conversion expliquent la croissance de ce carburant, qui séduit aussi par son moindre coût à la pompe.
L'E85 représente 6,5 % du marché des essences, contre 4 % en 2021. ©Collective du bioéthanol
L'E85 représente 6,5 % du marché des essences, contre 4 % en 2021. ©Collective du bioéthanol

Presque un effet exponentiel. Le Superéthanol-E85 a de plus en plus la cote : les volumes consommés ont crû de 83 % en France en 2022, à 854 124 m³, selon les chiffres de la Collective du bioéthanol. A la fin de l'année, l'E85 représentait 6,5 % du marché des essences, contre 4 % en 2021. "Sur novembre et décembre, la part dépassait même les 7 %, ce qui nous laisse croire que nous atteindrons les 8 % sur 2023", se réjouit Sylvain Demoures, secrétaire général du SNPAA.

 

Concernant le SP95-E10, sa part sur le marché essence a augmenté de cinq points en 2022, à 56 %. Les motorisations essence dominent les ventes de véhicules neufs, à 68 %. "Il y a un rebond de la consommation d'essence : +10,7 % en 2022. Nous sommes de retour au niveau de 2007. Peu l'auraient parié au début de la décennie précédente", affirme Sylvain Demoures. Il poursuit : "Ce n'est pas une affaire de taxe mais de technologie, nous sommes à +39 % de consommation depuis 2013 !"

 

Plus de pompes et de véhicules pour l'E85

 

Une des raisons de la réussite du Superéthanol-E85 est sa distribution : 550 stations-service supplémentaires le proposent par rapport à un an en arrière, portant le total à 3 300 sur le territoire, soit plus du tiers total. Pour les trouver et étudier les tarifs, l'application "Mes Stations E85" a elle aussi vu son succès grandir : 87 000 téléchargements de plus sur l'année, portant le total à plus de 150 000. Surtout, en 2022, 120 000 véhicules supplémentaires équipés de technologies flex-E85 ont parcouru les routes de France (+67 %). Dans le détail, ce sont 35 000 véhicules neufs et 85 000 équipés de boîtiers de conversion (sept homologations supplémentaires ont été accordées).

 

A eux deux, Biomotors et Flexfuel Energy Development pèsent pour plus de 75 000 boîtiers. "Les gens changent leurs habitudes de consommation. Le véhicule qui roule au Superéthanol-E85 propose des économies à tous les niveaux : prix d'achat, coût d'entretien, de carburant, d'assurance, revente… sans mentionner tout l'aspect écologique", résume Jérôme Loubert, directeur commercial Flexfuel Energy Development.

 

Un prix défiant toujours la concurrence

 

Quand le gazole B7 est taxé à 59,4 ct€ le litre, et le SP95-E10 à 66,29 ct€, le Superéthanol-E85 ne l'est qu'à 11,83 ct€ le litre. "Il n'y a pas eu de changement sur la fiscalité depuis les débuts de l'E85", confirme Sylvain Demoures. Cela se ressent forcément à la pompe : au 11 janvier 2023, l'E85 était à 1,11€ le litre, contre 1,87€ pour l'E10 et 1,92€ pour le gazole B7.

 

"Le marché fonctionne via des contrats annuels avec les agriculteurs, le prix au litre ne varie donc que de sa part d'essence", ajoute le secrétaire général du SNPAA. Nicolas Kurtsoglou, responsable carburants du syndicat, appuie son propos : "Sur 13 000 km, l'E85 permet une économie de 587€ en moyenne par rapport à l'E10, sur la période 2018-2022."

 

2023 encore plus haut ?

 

Outre atteindre les 8 % de parts de marché de l'essence, le SNPAA vise la barre des 3 500 stations-service en 2023. "Ce sera sans doute plus", prévoit Sylvain Demoures. Sans se fixer d'objectif chiffré, le syndicat espère par ailleurs "maintenir un niveau élevé de ventes de boîtiers E85 et de voitures flex-E85 d'origine". Le secrétaire général du SNPAA escompte aussi une plus grande reconnaissance de l'E85, déjà en Crit'Air 2 et 3, et pourquoi pas en Crit'Air 1. "Le bioéthanol, c'est déjà 1,8 million de tonnes de CO2 évitées en France. C'est l'équivalent de la consommation de 900 000 véhicules", conclut-il.

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle