S'abonner

Kia EV6 : l'œil du tigre

Publié le 25 octobre 2021

Par Christophe Jaussaud
7 min de lecture
Véritable manifeste du repositionnement de Kia, l’EV6 est aussi atypique que réussie. Elle combine un style fort et une technologie de premier plan qui lui permet d’offrir plus de 500 km d’autonomie.
Kia France souhaite vendre plus de 2 500 EV6 en année pleine (1 300 unités en 2021), dont 60 % à la clientèle professionnelle.
Kia France souhaite vendre plus de 2 500 EV6 en année pleine (1 300 unités en 2021), dont 60 % à la clientèle professionnelle.

Jusqu’ici, tout va bien. En effet, mal­gré la crise des semi‑conducteurs qui perturbe la production mon­diale, Kia a réussi à battre un record de part de marché en Europe, avec 4,2 % à fin septembre 2021. La filiale française est au diapason avec des ventes en hausse de 14,7 %, à 32 153 immatriculations. La marque a même grignoté 0,15 point pour atteindre 2,55 % de part de marché à fin septembre.

 

L’EV6 arrive donc dans un contexte favorable et un univers électrique plutôt bien maîtrisé par Kia France depuis le lancement de l’e‑Soul en 2014. En effet, depuis le début de l’année, 17,1 % des ventes de la marque dans l’Hexagone sont réalisées avec des mo­dèles 100 % électriques, soit 5 509 uni­tés dominées par l’e‑Niro (4 894 véhicules). Si l’on ajoute les PHEV, cela grimpe à 26,4 % et même à 61,9 % avec les hybrides et les électrifiés. Une gamme de produits qui ex­plique en partie la belle performance auprès des professionnels.

 

60 % des ventes aux professionnels

 

Bien que les particuliers pèsent 59,5 % après 9 mois d’activité (-0,5 %), le canal des pro­fessionnels est sur une bonne dynamique avec une croissance de 23,8 % sur les socié­tés et 65,5 % sur les loueurs longue durée. Deux cibles qui représentent 12,1 % des ventes de Kia. Les entreprises seront dans le viseur de l’EV6. D’ailleurs, la gamme Business est prête et débute à 48 640 euros pour culminer à 60 440 euros.

 

 

"Cette clientèle devrait repré­senter 60 % des ventes du modèle", estime Marc Hedrich, président de Kia France. D’ici la fin de l’année 2021, la filiale française compte écouler 1 300 unités de son nouvel étendard. "Nous en avons déjà vendu 450, explique le président, et depuis que l’EV6 est arrivée dans les showrooms, le nombre de commandes est en forte hausse."

 

11 modèles électriques à venir

 

L’EV6 est le premier modèle à porter le nou­veau logo de la marque, mais surtout à repo­ser sur la plateforme dédiée à l’électrique du groupe Hyundai, baptisée E‑GMP. D’ici 2026, 7 modèles Kia reprendront cette architecture. Une date à laquelle le sud‑coréen proposera 11 véhicules 100 % électriques. Ainsi armé, le constructeur souhaite vendre 920 000 unités à batterie par an d’ici 2030. Avec l’EV6, Kia ouvre clairement un nouveau chapitre de son histoire en jouant cette partition élec­trique. Le style témoigne d’ailleurs de cette vo­lonté.

 

L’EV6, affranchie de certaines contraintes, rompt avec les traits actuels des modèles Kia et en oublie même le "tiger nose" des calandres développées ces dernières années sur les véhi­cules thermiques. Cependant, la référence au félin se veut maintenant digitale et intégrée à la signature lumineuse. Les designers sont, en quelque sorte, passés à l’œil du tigre.

 

Plus de 500 km d’autonomie

 

Si la face avant apparaît presque classique, avec toutefois un porte‑à‑faux extrême­ment réduit, le profil et l’arrière se montrent plus novateurs. Cela faisait bien longtemps qu’une voiture n’avait pas autant fait tour­ner des têtes durant un essai. Avec ses 4,68 m, mais surtout son empattement de 2,90 m, elle optimise l’espace à l’intérieur et notamment à l’arrière. La planche de bord est bien pensée avec ses deux écrans de 12,3’’. L’équipement est à la hauteur du plumage avec une liste d’Adas très complète.

 

 

En termes de motorisations, la gamme débute avec une ver­sion deux roues motrices, en propulsion, offrant 229 ch et un couple de 350 Nm. De quoi at­teindre 528 km avec une seule charge grâce à la batterie de 77,4 kWh, soit une consomma­tion mixte annoncée de 16,5 kWh/100 km. Une efficacité rendue notamment possible par le système électrique dont certains com­posants utilisent du carbure de silicium dont les propriétés permettent d’améliorer l’auto­nomie. Derrière le volant, malgré un poids de plus de 2 t, l’EV6 reste précise et bien équilibrée.

 

Bien que les trains roulants soient très proches de ceux de sa cousine, l’Ioniq 5, elle dispose d’amortisseurs différents, capables de jouer sur un registre plus large de fréquences. De plus, l’empattement réduit de 10 cm par rapport à sa cousine lui confère un supplément de dyna­misme. Kia a également soigné la tenue de cap avec, à l’arrière, des arbres de transmission et des moyeux en une seule pièce, ce qui permet en plus de gagner 1,5 kg par côté sur les masses non suspendues.

 

De 229 à 585 ch

 

Pour ceux qui souhaiteraient un peu plus de puissance et de sensations, l’EV6 est égale­ment disponible avec deux moteurs, en faisant une quatre roues motrices, développant une puissance cumulée de 325 ch et un couple de 605 Nm, pour une autonomie maximale annon­cée de 484 km en cycle mixte. Pour les amateurs d’accélérations encore plus fortes, arrivera à la fin de l’année 2022 l’EV6 GT dont la puissance cumulée des deux moteurs grimpera à 585 ch et 740 Nm de couple ! Le 0 à 100 km/h étant ainsi abattu en 3,5 s. Son autonomie n’est pas encore connue, mais les commandes sont déjà ouvertes au tarif de 66 990 euros.

 

Enfin, notons que l’EV6 peut aussi être équipée, sur certains marchés, d’une batterie de 58 kWh. Cette configuration, qui propose des moteurs de 170 ch en propul­sion et 235 ch en quatre roues motrices, ne sera toutefois pas distribuée en France. "Nous vou­lons positionner l’EV6 comme un véhicule of­frant plus de 500 km d’autonomie, justifie Marc Hedrich. De plus, sur les e‑Soul et e‑Niro, la pe­tite batterie représente à peine 1 % des ventes." Le président voit aussi dans ce choix unique de la batterie de 77,4 kWh un bon moyen de soi­gner la valeur résiduelle du modèle, lorsqu’il re­viendra sur le marché du VO.

 

Une architecture électrique en 800 V

 

Quant à la recharge, un de ses points forts, l’EV6 accepte, grâce à son architecture élec­trique en 800 V, la recharge rapide jusqu’à 239 kW. De quoi passer de 10 à 80 % en 18 min sur une borne Ionity ou gagner 100 km en 4,5 min. Kia faisant partie du consortium Ionity, il peut proposer des tarifs préféren­tiels (0,29 euro par minute contre 0,79 pour les non‑partenaires). Peu de modèles, à part sa cou­sine Ioniq 5 et les Porsche Taycan et Audi e‑tron GT, sont capables d’offrir cette architecture en 800 V, si importante pour la vitesse de recharge.

 

Kia n’en est pas à son coup d’essai dans l’uni­vers électrique, mais avec cette EV6, il n’est pas loin du sans‑faute. Son style vraiment atypique est une force, comme son système électrique de premier ordre.

 

 

Laisser un commentaire

cross-circle