S'abonner

Jeep Wrangler 4xe : icône électrifiée

Publié le 13 septembre 2021

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
En offrant une hybridation rechargeable à sa Wrangler, Jeep relance la carrière d’un mythe qui ne perd aucune de ses qualités. La marque prouve aussi que l’électrification lui va bien. Et le succès commercial est au rendez-vous.
À fin août 2021, Jeep France a déjà immatriculé 528 Wrangler 4xe.
À fin août 2021, Jeep France a déjà immatriculé 528 Wrangler 4xe.

Pour son 80e anniversaire, Jeep a offert à son icône une propulsion hybride rechargeable. En effet, la Wrangler associe aujourd’hui un 4 cylindres de 272 ch à un moteur électrique de 145 ch, placé dans la boîte automatique à 8 rapports. Une machinerie électrique alimentée par une batterie dont 85 % des 17,3 kWh sont utilisables.

 

De quoi parcourir entre 45 et 53 km en mode zéro émission et offrir une puissance cumulée de 380 ch et un couple de 647 Nm. Mais bien qu’électrifiée, la Wrangler demeure un tout‑terrain capable d’aller quasiment partout. Le succès est d’ailleurs tel aux Etats‑Unis qu’elle est le modèle PHEV le plus vendu du pays. La totalité de la production 2021 est déjà réservée ! De bon augure pour Jeep qui a annoncé un futur 100 % électrique à partir de 2025. Mais revenons à la Wrangler 4xe.

 

Le off-road en silence

 

Au premier coup d’œil, rien ne vient vraiment trahir les nouvelles capacités de la Wrangler à part quelques touches de bleu sur la carrosserie et, naturellement, une prise de recharge en haut de l’aile avant gauche. Cela reste bel et bien une Wrangler avec ses défauts et ses qualités. Sur le bitume, rien ne change vraiment, au‑delà de la puissance et des accélérations malgré les 200 kg supplémentaires.

 

Mais une fois dans les sentiers, les bois et la boue, elle brille. Peut-être un peu plus encore dans cette version. Car les kilomètres annoncés en mode zéro émission peuvent aussi être réservés à une escapade dans la nature. Grâce à deux embrayages, le parcours off‑road peut effectivement se faire exclusivement sur la force du moteur électrique, le thermique offrant, selon la difficulté, plus de puissance.

 

La Jeep Wrangler 4Xe ne perd aucune capacité tout-terrain.

 

Et aucun obstacle ne la freine car les rapports courts, le blocage des différentiels ou encore les barres stabilisatrices déconnectables restent au programme. Les angles d’attaque et de sortie sont les mêmes, un gué de 76 cm ne sera toujours pas un problème. Même en 4xe, une Wrangler est taillée pour l’aventure.

 

Lors d’un usage plus conventionnel, le système hybride permet de réduire de l’ordre de 70 % les émissions de CO2 par rapport à la version précédente thermique. En effet, avec une consommation mixte annoncée, selon le cycle WLTP, entre 3,5 et 4,1 l, la Wrangler 4xe est homologuée pour des rejets de CO2 compris entre 79 et 91 g/km.

 

Sans aide, mais sans malus

 

À l’image du succès outre-Atlantique, la Wrangler 4xe a également très bien débuté en France. Pour la finition First Edition, limitée à 300 exemplaires, Jeep France a reçu près de 2 000 demandes. Le succès a été tout aussi fort avec la version 80e Anniversaire, dont les commandes ont été fermées fin juillet.

 

Il faut dire qu’avec un prix d’entrée de gamme à 68 200 euros en finition Sahara, la Wrangler 4xe est compétitive, même si elle n’est pas éligible aux divers bonus gouvernementaux avec son tarif supérieur à 50 000 euros. En effet, malgré un surcoût de 10 500 euros environ par rapport à la précédente thermique, elle permet d’échapper à un malus de 30 000 euros.

 

De plus, les professionnels seront exonérés de TVS pendant douze trimestres et pourront bénéficier d’un plafond d’amortissement global de 18 300 euros, auquel s’ajoute celui de la batterie de 7 300 euros. Compte tenu de ses atouts, c’est sûr, il n’y en aura pas pour tout le monde.

 

L'autonomie électrique de la Wrangler 4xe va de 45 à 53 km.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

cross-circle