S'abonner

Les nouvelles mobilités surfent sur la COP26

Publié le 18 novembre 2021

Par Damien Chalon
4 min de lecture
Zoom de l’Arval Mobility Observatory – A chaque semaine sa question politique ou diplomatique majeure. Cette semaine, c’est le bilan de la COP26 de Glasgow qui occupe les esprits et les conversations.

La conférence COP26 a-t-elle servi à quelque chose, sera-t-elle suivi d’effets, les États ont-ils joué le jeu ? En un mot, avons-nous atteint les objectifs voulus et les populations du monde entier peuvent-elles dormir sur leurs deux oreilles en sachant que le réchauffement climatique est sous contrôle de leurs dirigeants ? Las ! "Avec cette COP26, s'érode encore un peu plus l'espoir d'un réchauffement contrôlé de la planète", constate le quotidien économique Les Echos. "Les engagements pris permettront, au mieux, de stabiliser les émissions de carbone à l'horizon 2030". (1) C’est donc la douche froide.

 

Alors bien sûr, ces dix jours de sommet au chevet de la Terre et de l’environnement ont bien "accouché" de quelques avancées : sur la déforestation, le pétrole ou encore la fin des moteurs thermiques. Autre avancée tangible, l’engagement pris par les pays de revoir à la hausse leurs objectifs en termes de réductions de gaz à effet de serre, non pas tous les cinq ans, mais tous les ans, histoire de maintenir la pression. Mais il y a encore bien du chemin à faire si l’on regarde la volte-face opérée sur le charbon par l’Inde et la Chine en fin de sommet, puisque dans le texte final, il n’est plus question de "sortir progressivement du charbon" mais simplement de "réduire progressivement son usage" (2).

 

Pendant que les politiques tentent d’élaborer avec plus ou moins de succès les contours de la planète décarbonée de demain, il faut bien continuer à mener la transition écologique au quotidien. Les rapports d’experts se succèdent ainsi sur les besoins en bornes de recharges électriques de la France, afin d’atteindre son objectif de neutralité carbone en 2040. L’un des derniers en date, publié par the International Council on Clean Transportation (ICCT, Le Conseil International pour un Transport Propre), indique qu’il faudra quinze fois plus de recharges privées en 2030 comparé à 2020, tandis que le nombre de bornes de recharge publiques devra passer d'environ 31 000 à la fin 2020 à 350 000 d'ici 2030. "Ceci est indispensable pour répondre à la demande des 8,5 millions de véhicules électriques qui sillonneront les routes françaises à cette échéance", explique l’étude (3). Là encore, il y a du pain sur la planche.

 

Face à ces enjeux énormes d’accès à des véhicules électrifiés, à des systèmes de recharges adéquats, sans parler d’une électricité à un coût raisonnable, il est un secteur qui se frotte les mains. C’est celui des micro-mobilités : opérateurs de vélos, trottinettes et autres véhicules partagés électriques, ont le vent en poupe. La demande est là et leurs services sont de plus en plus intégrés dans les plates-formes de solutions digitales (mobility as a service) déployées tant par les collectivités locales que par des opérateurs privés.

 

Preuve de la montée en puissance de cette toute jeune industrie promise à des lendemains qui chantent, les levées de fonds se multiplient, tout comme les acquisitions. Dernière en date, celle de l’allemand Tier Mobility qui a jeté son dévolu sur son compatriote Nextbike spécialisé dans le vélo partagé. Le spécialiste de la trottinette électrique (qui fournit notamment la ville de Paris) ajoute ainsi une corde à son arc et compte aller encore plus loin. Estimant (à juste titre) que "la météo va justifier de se déplacer en voiture dans certaines situations", le patron de Tier Mobility annonce son intention "d’offrir des microvoitures électriques partagées pour les trajets urbains". (4) Comme quoi, au royaume des micro-mobilités, la voiture, certes rétrécie, n’a peut-être pas dit son dernier mot.

 

L’Arval Mobility Observatory

 

(1). "COP26 : les leçons d'un échec". Le Echos, 14 novembre 2021
(2). "COP26 : entre frustrations et progrès, un bilan mitigé". Le Figaro, 14 novembre 2021.
(3). "Infrastructure de recharge au service de la transition vers la mobilité électrique en France". Auteurs : Marie Rajon Bernard, Dale Hall, et Nic Lutsey. ICCT.
(4). "Tier Mobility marie ses trottinettes aux vélos de Nextbike". Le Figaro, 15 novembre 2021.

Laisser un commentaire

cross-circle