S'abonner

Klaxit renoue avec la rentabilité

Publié le 21 juillet 2022

Par Jean-Baptiste Kapela
2 min de lecture
Après une période logiquement difficile durant la crise sanitaire, Klaxit retrouve le sourire et la rentabilité en 2022. La plateforme enregistre près de 200 000 trajets par mois.
Klaxit retrouve la rentabilité en 2022 après deux années compliquées.
Klaxit retrouve la rentabilité en 2022 après deux années compliquées.

Les messages de prévention dans les publicités : "pensez à covoiturer", auraient-ils porté leurs fruits ? Ou alors, serait-ce l'impact de la hausse du prix des carburants ? Peu importe, la pratique a clairement le vent en poupe en ce moment et les utilisateurs du covoiturage pour leurs trajets quotidiens se comptent à près de 400 000 tous les mois. Des chiffres tirés des données de l’Observatoire national du covoiturage quotidien, piloté par l’Etat, le Cerema, l’Ademe et le GART. L'entité recense toutes les données issues des trajets de covoiturage courte distance (dans un rayon inférieur à 80 km) réalisé via les plateformes de 20 opérateurs.

 

Parmi eux, Klaxit, l'entreprise de Julien Honnart, sort du lot. Selon les données de l’observatoire, près d’un trajet sur deux serait réalisé via la plateforme de Klaxit, soit près de 200 000 passagers par mois. Une réussite pour l’opérateur qui connaît une forte croissance depuis 18 mois. Depuis sa création, l’entreprise a déployé la pratique dans plus de 300 entreprises, dont 80 % d'entre elles figurent au CAC 40, et noué des partenariats avec 34 collectivités locales. Une stratégie avec ces dernières, qui a l'air de payer pour la société de covoiturage.

 

A noter que l’entreprise a traversé une période logiquement compliquée durant la crise sanitaire, alors qu'en 2020, elle venait tout juste d'être rentable. Ainsi, la période de croissance actuelle permet à Klaxit de sortir la tête de l'eau. Les collectivités partenaires de l'opérateur ont triplé les investissements dans le covoiturage initialement prévus cette année. À l’image de Beauvais (60), qui a multiplié par trois son budget, le faisant passer de 120 000 euros à 345 000 euros, ou encore Rouen (76), qui a quintuplé ses investissements de 200 000 à un million d’euros de subvention pour les covoitureurs. Avec cette rentabilité retrouvée, Klaxit espère s’étendre dans tout l’Hexagone et aspire à faire du covoiturage, "le transport en commun de demain".

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle