S'abonner

Klaxit a rentabilisé son service de covoiturage en 2020

Publié le 31 mars 2021

Par Gredy Raffin
2 min de lecture
En dépit des restrictions de déplacements qui ont marqué l'année 2020, le spécialiste du covoiturage quotidien est parvenu à rentabiliser son activité. Klaxit s'estime dès lors en mesure de signer une belle année 2021, notamment si la véritable reprise a lieu en mai.
80 % des entreprises du CAC 40 ont déployé la plateforme de covoiturage de Klaxit
80 % des entreprises du CAC 40 ont déployé la plateforme de covoiturage de Klaxit

 

Il aura fallu attendre une année compliquée pour être rentable. Klaxit a fait savoir, le 31 mars 2021, que l'entreprise est parvenue à atteindre la profitabilité lors du dernier exercice écoulé avec sa plateforme de mise en relation pour du covoiturage au quotidien. Une "parfaite démonstration de la résilience" du modèle d'affaires, s'est félicité dans un communiqué, Julien Honnart, le président et cofondateur de Klaxit, qui promet des investissements durant les mois à venir.

 

Avec 300 entreprises dans le portefeuille clients, dont 80 % de celles qui figurent au CAC 40, Klaxit a réalisé une percée sur le marché du BtoB. A celles-ci s'ajoutent 20 collectivités locales, dont 14 nouvelles en 2020 – un record de signatures annuelles – représentant 70 % des subventions publiques au covoiturage votées en région. Un élargissement de périmètre qui a permis de compenser la baisse naturelle d'activité, liée à la crise sanitaire, voire de récupérer 50 % des volumes d'avant-crise.

 

Lire aussi : Klaxit, la croissance est revenue

 

Klaxit anticipe une accélération de la reprise à partir de la mi-mai, concomitamment avec les plans de retour sur site des entreprises qui s’échelonnent du printemps jusqu’à la rentrée de septembre, peut-on lire dans le communiqué partagé par l'entreprise. "Avec une dizaine de villes signées qu’il nous reste à lancer d’ici la rentrée de septembre, nous anticipons une année 2021 record concernant les volumes de trajets malgré le redémarrage progressif du début d’année", a expliqué Julien Honnart.

cross-circle