S'abonner

Equans, une grande flotte à l’épreuve de l’électrique

Publié le 17 novembre 2022

Par Damien Chalon
5 min de lecture
Disposant d’un parc de 16 000 véhicules en France, Equans a entamé un processus d’électrification à grande échelle avec l’appui d’ALD. La première vague concernera les voitures de fonction, puis les véhicules de service. Hichem Bardi, le directeur de la flotte, nous explique les grandes lignes de ce projet.
Hichem Bardi, directeur de la flotte d'Equans France, et Guillaume Maureau, directeur général adjoint d'ALD Automotive France.

Les exemples d’entreprises qui basculent tout ou partie de leur flotte automobile à l’électrique se multiplient. Equans a décidé de rejoindre le mouvement. Le géant des services multitechniques, fort d’un chiffre d’affaires mondial de 17 milliards d’euros en 2021, dont 5 milliards en France, s’est engagé dans un processus d’électrification de son parc automobile à grande échelle. Une initiative qui débute en France où l’entreprise dispose de 16 000 véhicules.

 

Hichem Bardi est aux manettes de ce vaste projet en sa qualité de directeur de la flotte automobile d’Equans France. La première étape consistera à basculer les 4 000 voitures de fonction à l’électrique. "Le mouvement a été impulsé par la direction générale qui a décidé de supprimer de notre car policy toutes les motorisations diesel, essence, hybrides et hybrides rechargeables afin de passer directement à des véhicules de fonction électriques", souligne Hichem Bardi. Le projet a été mené en étroite collaboration entre les achats, les ressources humaines et la direction de la flotte.

 

Contrats de LLD de 5 ans

 

En préambule, la société du groupe Bouygues a évidemment fait ses calculs et étudié le sujet en profondeur. L’objectif était que le coût de la flotte n’augmente pas à cette occasion. La piste de l’électrique a été validée en raison de "TCO très compétitifs par rapport à des équivalents thermiques", de telle sorte que les cinq catégories de la car policy se composent quasi-exclusivement de modèles électriques. Un moyen de réduire la note est l’allongement des contrats de location, qui vont s’étirer, pour certains, jusqu’à 5 ans.

 

Equans France a ensuite fait le choix d’élargir son catalogue à un maximum de marques (Renault, MG Motor, Skoda, Volkswagen, Hyundai, Kia, Volvo, Tesla…) afin de proposer des véhicules correspondant au plus grand nombre de besoins. Outre le TCO, l’un des critères de sélection est que l’autonomie soit supérieure à 400 km.

 

En complément, l’entreprise a intégré dans chaque catégorie un modèle fonctionnant à l’E85. "Nous avons pensé aux gros rouleurs et aux personnes qui auraient des difficultés pour se effectuer leur recharge à leur domicile", justifie le directeur de la flotte. Il s’agit en l’occurrence de véhicules de marque Ford, seul constructeur à disposer d’une gamme E85 complète (Puma, Kuga, Focus). Une technologie de transition avant l’arrivée de modèles électriques à très forte autonomie. L’E85 a en outre été privilégié face à l’hybride rechargeable, déjà testé, qui s’est avéré être un désastre dans la mesure où les salariés ne rechargeaient pas la batterie.

 

Tests de véhicules avec ALD

 

L’ambition d’Equans France est que la flotte de véhicules de fonction soit entièrement renouvelée et électrifiée d’ici 4 ans, soit au plus tard en 2027. Évidemment, ce changement n’est pas neutre pour les collaborateurs. Si certains n’y voient pas d’inconvénient, d’autres se montrent encore réticents. C’est pourquoi l’entreprise entend faire preuve de pédagogie.

 

A l’occasion de l’officialisation de son passage au tout électrique, Equans France a mené une première opération de séduction, au sein du Mobility Center d’ALD à Nanterre (92), le 16 novembre 2022. La filiale de la Société Générale, qui est devenue le loueur longue durée unique d’Equans France, a réuni la plupart des modèles présents dans la nouvelle car policy afin que la centaine de salariés conviés puissent les essayer.

 

Selon Hichem Bardi, "l’objectif de cette journée, qui en appelle d’autres en France, est de faire découvrir tous les véhicules de la car policy, pour que les collaborateurs réalisent que nous avons référencé des modèles très bien équipés, qui correspondent à leurs besoins". Il poursuit en rappelant à juste titre "tout le monde n'a pas eu l'occasion d'essayer un véhicule électrique et de découvrir le plaisir que c'est d’en conduire un". Cette journée a également été un moyen de sensibiliser les participants à la problématique de la recharge, "le nerf de la guerre", affirme le directeur de la flotte.

 

3 000 bornes sur 600 sites

 

Concernant la recharge justement, Equans France a prévu de déployer un minimum de 3 000 bornes 22 kW sur ses 600 sites. L’entreprise va également accompagner les salariés dans l’équipement de leur domicile en préconisant des installateurs, sans pour autant prendre en charge la borne. Seule l’électricité consommée sera remboursée.

 

Pour compléter son dispositif, Equans France propose à ses salariés des vélos de fonction pour remplacer leur voiture de fonction. Un service qui s’accompagne de l’accès à 60 jours de location de véhicules en courte durée pour les vacances ou les week-ends. ALD est là aussi à la manœuvre avec ses offres ALD Bike et ALD Switch. Le crédit mobilité et le forfait mobilités durables sont quant à eux à l’étude. Ces différentes solutions de mobilité permettront pourquoi pas de réduire la taille de la flotte.

 

Électrification compliquée pour les VUL

 

Reste ensuite à électrifier les véhicules de services, qui représentent 25 % de la flotte, et les utilitaires légers, qui constituent pour leur part la moitié du parc. Sur les véhicules de service, le mouvement sera initié en 2023, avec l’ambition d’être tout électrique en 2028. L’E85 sera une fois encore proposé en complément. Pour les VUL, l’affaire est plus complexe dans la mesure où Equans France n’a pas encore trouvé de modèles en mesure de répondre à ses besoins, du point de vue de l’autonomie.

 

"Nous avons des salariés qui roulent sur de grandes distances avec beaucoup de matériel à bord", explique Hichem Bardi. Le directeur de la flotte attend donc des modèles à plus forte autonomie, tout en mentionnant la possibilité de déployer des modèles à hydrogène. Un test sera bientôt mené en ce sens avec un Renault Master Van H2-Tech signé Hyvia.

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle