S'abonner

DBT entend développer les services autour des bornes de recharge

Publié le 10 juin 2021

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Le fournisseur de bornes de recharge de véhicules électriques s'apprête à entrer au capital de la start-up technologique Delmonicos. DBT fait un pas de plus vers l'élaboration d'un catalogue de services qui devrait représenter 50 % du chiffre d'affaires en 2022.
Le chiffre d'affaires de DBT a chuté de 60 % en 2020 en raison de la pandémie. Le groupe veut donc plus de récurrence dans son bilan.
Le chiffre d'affaires de DBT a chuté de 60 % en 2020 en raison de la pandémie. Le groupe veut donc plus de récurrence dans son bilan.

 

DBT lance son vaste plan de diversification. Le concepteur et fournisseur de bornes de recharge pour véhicules électriques vient d'annoncer son entrée au capital de Delmonicos. Il s'agit d'une jeune société créée dans le cadre du start-up studio transfrontalier Lumenia (France et Luxembourg) et dont les recherches portent sur une solution logicielle intelligente à intégrer aux équipements de recharge. "Une opération qui fera de nous des actionnaires minoritaires pour avoir accès à moindre frais à cette innovation", a expliqué au Journal de l'Autombile Alexandre Borgoltz, le directeur général de DBT, lors d'un entretien accordé jeudi 10 juin 2021.

 

Dans la ligne de mire du groupe nordiste il y a notamment la maîtrise de la blockchain. Avec Delmonicos, DBT entend faciliter et sécuriser la supervision, l’interopérabilité et le paiement des sessions de recharge en utilisant ce principe. "La blockchain est décentralisée et moins coûteuse. Nous allons pouvoir aussi contourner les sociétés de gestion de transactions bancaires qui prennent des commissions en tant qu'intermédiaire", complète son propos le directeur général. Une technologie moderne qui selon lui permettra de livrer des solutions complètes aux clients et d'anticiper les prochaines évolutions de l'électromobilité comme la dématérialisation des multiples cartes d'abonnement.

 

Ce projet capitalistique trouve sa source dans la levée de fonds bouclée en mars dernier par DBT. Le groupe au chiffre d'affaires annuel de 10 millions d'euros a procédé à une augmentation de capital d'un montant de 200 millions d'euros. "Un tiers est destiné à améliorer nos méthodes de travail historiques et deux tiers à financer une diversification", livre plus de détails Alexandre Borgoltz. Une diversification qui passera par le service.

 

La stratégie du revenu récurrent

 

L'installation et la maintenance vont devenir des pans d'activité à développer en priorité. DBT s'attache donc en ce moment à rencontrer des partenaires potentiels pour confier ces tâches à des spécialistes tout en restant le guichet unique des clients particuliers et entreprises. Un mouvement qui devient essentiel à la santé du groupe familial. En 2020, le net ralentissement des déploiements a fait chuter de 60 % l'activité de DBT. "Nous devons ajouter une part de récurrent pour nous préserver des fluctuations et limiter les risques", fixe le nouveau cap Alexandre Borgoltz.

 

Alors que le groupe vise en 2022 une croissance de chiffre d'affaires de 20 % par rapport à 2019 et par la même occasion un retour à l'équilibre financier, le directeur général de DBT table sur une pénétration de 50 % de la prestation de service dans le bilan commercial à cette échéance. Il explique cette monté en puissance par le fait que la réalisation des chantiers (génie civil, aménagement électrique, connexion de la borne…) coûte parfois 2 à 2,5 fois le prix de l'équipement de recharge seul.

 

Il y a un an, Alexandre Borgoltz soutenait un plan de conquête du marché des entreprises. La société s'est structurée en fonction et finalise ses premières interventions. Historiquement positionné sur le segment des bornes publiques, DBT souhaite désormais répondre aux besoins croissants des particuliers. Des partenariats commerciaux devraient être prochainement annoncés en ce sens.

Laisser un commentaire

cross-circle