S'abonner

Arval en mode record en 2021

Publié le 7 mars 2022

Par Damien Chalon
5 min de lecture
La filiale de BNP Paribas a réalisé un bénéfice de 720,5 millions d’euros en 2021, un chiffre en hausse de 52,8 %. Arval profite en particulier de l’envolée du marché de l’occasion.
En 2021, Arval a réalisé un résultat des ventes de VO record de 369,7 millions d’euros.
En 2021, Arval a réalisé un résultat des ventes de VO record de 369,7 millions d’euros.

L’année 2021 aura été celle de tous les records financiers pour les spécialistes de la location longue durée. Les trois principaux acteurs européens ont annoncé tour à tour des résultats historiques.

 

ALD a récemment communiqué un bénéfice de 843 millions d’euros, un total en hausse de 71,2 % sur un an. Sa future acquisition, LeasePlan, a de son côté atteint le milliard d’euros, battant son score de 2020 de 302,8 %.

 

C’est à présent au tour d’Arval de dévoiler sa performance. Elle est tout aussi spectaculaire. La filiale de BNP Paribas dirigée par Alain van Groenendael a réalisé un résultat net de 720,5 millions d’euros, là où elle revendiquait 471,4 millions d’euros en 2020. La hausse est ici de 52,8 %.

 

Ces chiffres laissent quelque peu songeurs au regard du contexte économique, en particulier vu les difficultés rencontrées par le marché automobile mondial. Mais comme ses concurrents, Arval a surtout profité de l’envolée du marché de l’occasion.

 

298 853 véhicules vendus

 

La demande de VO a atteint des sommets en 2021 en raison du manque de disponibilité de véhicules neufs. Un phénomène qui s’est traduit chez Arval par un résultat des ventes de VO s’élevant à 369,7 millions d’euros en 2021, contre 158,7 millions d’euros en 2020.

 

Le nombre de véhicules vendus a progressé de 12,6 %, à 298 853 unités, avec, selon Arval, "un niveau élevé des prix des véhicules d’occasion observé dans la plupart des pays". Le loueur évoque en prime "l’évolution de l’offre et de la demande dans un contexte de délais de livraison allongés des véhicules neufs où la livraison de véhicules d’occasion est pénalisée par le nombre plus faible de restitutions de véhicules par les clients, tandis que la demande reste soutenue du fait d’une moindre disponibilité de véhicules neufs sur le marché."

 

D’autres indicateurs financiers montrent que l’année 2021 a été un grand cru. Le succès du VO n’explique pas tout. Le résultat opérationnel brut, hors résultat des ventes de véhicules, a enregistré une hausse globale de 12,5 %. La marge des contrats de location a augmenté de 15 % à 720,5 millions d’euros et la marge des services s’est établie à 646,0 millions d’euros, soit une hausse de 9,8 %.

 

Flotte financée en hausse de 6,4 %

 

Arval annonce également une amélioration de son coefficient d’exploitation, qui est passé de 53,5 % en 2020 à 46,5 % en 2021, ou encore une baisse du coût du risque à 34,2 millions d’euros (60,2 millions en 2020).

 

"Soutenu par les prix élevés des véhicules d’occasion, notre résultat opérationnel brut est en très forte augmentation. Le coefficient d’exploitation s’est fortement amélioré et le coût du risque ressort en baisse par rapport à l’année dernière qui avait été marquée par la crise sanitaire. Nous avons en 2021 poursuivi la mise en œuvre du plan 2025 Arval Beyond, avec des réalisations significatives dans toutes ses dimensions", résume Alain van Groenendael.

 

Au-delà des éléments financiers et de la dynamique du marché VO, Arval s’est aussi attelé à développer son activité de location de véhicules neufs. Sa flotte financée s’est accrue de 6,4 %, pour atteindre 1 469 753 véhicules. La location à particulier a été la plus en vue avec une envolée de 24,4 %, à 130 119 unités. La flotte en location moyenne durée a quant à elle augmenté de 20,1 % pour atteindre 37 394 véhicules.

 

204 500 véhicules électrifiés sous contrat

 

Le loueur longue durée se félicite aussi du succès de ses offres de mobilité (+54 % pour le nombre de vélos en LLD) et de télématique  (près de 400 000 véhicules Arval sont connectés). L’année 2021 a enfin été marquée par la signature de plusieurs partenariats, notamment avec CaixaBank en Espagne et au Portugal et UniCredit Bank en Autriche, ainsi que par le déploiement d’Arval Re-Lease dans sept pays.

 

Le contexte actuel invite toutefois Arval à faire preuve de prudence pour 2022. Le loueur se garde d’ailleurs bien de tout pronostic. "2022 verra la poursuite de la transformation du secteur de la mobilité dans un environnement qui change. Dans ce contexte, Arval peut compter sur ses solides fondations, son agilité, ainsi que sur son appartenance au groupe BNP Paribas", est-il précisé dans un communiqué.

 

Quelques pistes sont toutefois évoquées. Le lancement d’une nouvelle plateforme d’autopartage avec Ridecell, la mise en place du partenariat de BNP avec Jaguar Land Rover au sein duquel Arval prend en main la partie LLD et gestion de flotte ou encore l’accompagnement des clients dans le verdissement de leur flotte seront des temps forts de l’année.

 

Dans ce dernier domaine, Arval a récemment revu à la hausse son objectif pour 2025, visant désormais 700 000 véhicules électrifiés à cet horizon, soit 35 % de sa flotte totale financée. En 2021, 30 % des nouvelles commandes ont concerné des véhicules électrifiés et à fin décembre la flotte financée comprenait 204 500 véhicules électrifiés (+80,5 %).

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle