Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Faurecia boucle un semestre de haute facture

Faurecia collabore depuis un an avec ZF par l'intermédiaire de sa fililale Parrot Automotive.

Faurecia boucle un semestre de haute facture

Le groupe français a bouclé un très bon premier semestre 2018, au point de voir son résultat opérationnel croître de 11,1 % et son résultat net de 10,2 %. Une situation qui encourage Faurecia à réviser à la hausse la guidance 2018.

 

La transformation de Faurecia porte ses fruits. Dans un marché en pleine ébullition, avec une production mondiale en accélération de 3,8 %, le groupe vient de publier un rapport flatteur au terme du premier semestre 2018, puisqu'il témoigne d'une croissance des ventes de 10,9 %, à 8,991 milliards d'euros, hors incidence négative des taux de change de 5,6 %. Faurecia a profité de deux solides trimestres, dont un T2 en progression de 12,4 %, à 4,677 milliards d'euros, hors incidence négative des taux de change de 4,6 %.

 

L'équipementier performe sur ses trois segments. La division siège gagne 10,1 % au deuxième trimestre et 8,8 % au cumul des six mois ; la division intérieur a progressé de 15,4 % au deuxième trimestre et de 14,7 % au cumul ; la division mobilité propre a crû de 12,5 % au deuxième trimestre et de 9,7 % au cumul. Faurecia a ainsi totalisé un chiffre d'affaires issu des ventes de 3,781 milliards d'euros, soit 4 % de mieux qu'en 2017. A taux de change constant, cette hausse atteint 8,8 %. Elle est en grande partie liée aux fortes progressions des différentes zones géographiques. L'Europe a gagné 13,5 %, l'Asie a bondi de 23,2 % et l'Amérique du Sud a grimpé de 20,1 %. Des résultats qui ont compensé le retrait de 9,6 % en Amérique du Nord.

 

De ce bilan des ventes, Faurecia tire un résultat opérationnel en hausse de 11,1 %, à 647,2 millions d'euros. Le résultat net atteint 342 millions d'euros, soit 10,2 % de plus qu'en 2017. L'équipementier parvient de fait à accroître sa trésorerie, qui gonfle de 17,3 %, à 247 millions d'euros. La dette financière elle aussi s'est en revanche accrue. Elle s'établit à 465,2 millions d'euros, soit 12,4 % de plus qu'en 2017. Il faut toutefois rappeler le contexte. Faurecia multiplie les investissements, notamment le rachat de la division Parrot Automotive, dont il va anticiper la fin de procédure d'acquisition.

 

Au regard de ce très bon semestre, Faurecia a décidé de réviser à la hausse sa guidance annuelle. Les ventes doivent progresser de 8 % à taux de change constant, contre 7 % initialement. La marge opérationnelle devrait croître de 7,2 %, contre 7 % initialement prévu et la trésorerie pourrait atteindre 500 millions d'euros.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les Grands Prix de la Distribution Automobile se profilent

En novembre prochain, aux côtés des Concession et Groupe de l'Année, le Journal de l'Automobile élargira le périmètre de son événement dédié à la distribution. Les Grands Prix de la Distribution

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page