Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Comme Bosch et ZF, Continental se sert chez Nvidia

Comme Bosch et ZF, Continental se sert chez Nvidia

La conduite automatisée de Continental passera aussi par Nvidia. Comme ses concurrents directs, ZF et Bosch, l'équipementier allemand a retenu la plateforme Drive du fabricant californien.

 

En matière d'automatisation de la conduite, le made in Continental passera par la plateforme Drive de Nvidia, selon une annonce faite par les concernés ce 5 février 2018. L'équipementier allemand rejoint ainsi ses compatriotes Bosch et ZF dans la liste des clients du fabricant californien, qui parvient à placer ses super calculateurs informatiques au cœur de la stratégie de l'industrie automobile.

 

Sans surprise, le contrat entre Continental et Nvidia porte sur la conception d'ordinateurs dotés d'intelligence artificielle (IA). Des systèmes capables de piloter la voiture selon différents degrés d'automatisation, allant de l'assistance de niveau 2 à la robotisation de niveau 5. L'équipementier va capitaliser sur son expérience, dans l'ingénierie des systèmes, notamment avec son logiciel sécurisé, ASIL-D, et impliquer sa gamme de capteurs et de caméras. L'une des premières applications concrètes sera un système de vision à 360°. L'accord planifie une mise en production à partir de 2021.

 

En 2016, les ventes de systèmes d'aides à la conduite avancés ont rapporté un chiffre d'affaires de plus de 1,2 milliard d'euros à Continental. Le groupe table sur un CA qui grimpera à plus de 2,5 milliards d'euros en 2020. Chez IHS Markit, Luca de Ambroggi, directeur de la recherche et de l'analyse, voit ce rapprochement industriel comme une opportunité pour Continental "d'aller plus loin dans sa domination du marché".  

 

Pour mémoire, Bosch et ZF ont entamé leurs travaux avec Nvidia il y a un an, au sortir de l'édition 2017 du CES de Las Vegas. Si ZF a notamment présenté son démonstrateur, la Dream Car, en janvier, toujours à Las Vegas, il n'en reste pas moins que certains n'y voient pas des partenariats à proprement parlé – comme le veut la communication officielle –, mais des commandes de matériel à utiliser dans le but d'automatiser la conduite de véhicule.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault enregistre des résultats financiers record pour 2017

Renault, qui n'a jamais vendu autant de voitures dans son histoire, avance un chiffre d'affaires inégalé de 58,77 milliards d'euros, en hausse de 14,7 %, et une marge opérationnelle de 6,6 %.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page