Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le supermalus pour les véhicules de plus de 1,8 t est adopté

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, lors des débats à l'Assemblée nationale sur l'adoption du malus au poids des véhicules, le 13 novembre 2020.

Le supermalus pour les véhicules de plus de 1,8 t est adopté

L'Assemblée nationale a adopté l'amendement sur le malus au poids des véhicules qui entrera en vigueur au 1er janvier 2022. Au-delà de 1 800 kg, les modèles subiront cette taxe supplémentaire... sauf ceux loués à l'étranger.

 


"Envoyer un signal pour arrêter la frénésie du véhicule lourd" : C’est par ces mots que Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique a entamé les discussions pour l’adoption de l’amendement sur le malus au poids, approuvé par l’Assemblée nationale dans la nuit de vendredi au samedi 14 novembre 2020.

 

Cet amendement prévoit dès le 1er janvier 2022 la taxation de tous les véhicules de plus de 1 800 kg, cumulable avec le malus classique. Au-delà de ce poids, le montant de la taxe sera égal à 10 euros par kilo. Le texte prévoit également que le montant du malus total ne pourra excéder le montant maximum du malus CO2, à savoir 40 000 euros en 2022 et 50 000 euros en 2023.

 

Sont exclus du malus au poids, les véhicules électriques, hybrides rechargeables. Une exonération est également prévue pour les familles nombreuses avec une décote du poids de 200 kg par enfant pour les familles d’au moins trois enfants. Enfin, lorsque le véhicule comporte au moins 8 places assises ; le poids, en ordre de marche est relevé de 400 kg. Sont également intégrés les véhicules d’occasion avec une décote de 10 % par année entamée pour les véhicules de plus de six mois.

 

"Vous voulez tuer l'industrie automobile"

 

Sans surprise, l’amendement a été adopté, après une passe d’arme entre Barbara Pompili et Eric Woerth, président de la commission des Finances de l’Assemblée. A ceux qui opposait à la ministre de la Transition écologique la double peine du malus classique et du malus au poids, puisque la notion de poids est également prise en compte dans la première taxation, cette dernière a rétorqué que la notion de poids permet de "prendre en compte le supplément de matériaux ; d’énergie consommée pour la fabrication, tout comme l’occupation de l’espace public… des enjeux non intégrés dans le malus classique."

 

Le rapporteur général, Laurent Saint-Martin (député LR de la 3e circonscription du Val de Marne), s’est bien entendu rangé à la position de la ministre malgré l’avis négatif donné lors de la première discussion de cet amendement le 9 octobre 2020. "Ce nouvel amendement trouve un point d’équilibre avec un seuil de 1 800 kg acceptable par rapport aux enjeux de la filière automobile et donc le réalisme industriel."

 

Des exposés qui n’ont pas visiblement pas été du goût d’Eric Woerth. "C’est une faute, une erreur car nous savons bien que tous les malus augmentent… C’est une industrie dont je vois bien que vous voulez la tuer. C’est votre droit, c’est votre choix […] Honnêtement, ce n’est pas une bonne politique ; c’est une politique de gribouille."

 

Pas de malus pour les véhicules loués à l'étranger

 

Au-delà de ces échanges, Charles de Courson, député centriste et vice-président de la commission des Finances de l’Assemblée a pointé du doigt, une faille dans le texte, à laquelle la ministre n’a pas su répondre. Si l’amendement prévoit également la taxation des véhicules loués en longue durée, en France, rien n’est prévu quant aux véhicules loués à l’étranger. "Je regrette que vous n’ayez pas su répondre sur la location à l’étranger qui, je vous le rappelle, représente 10 % du marché. Donc, désormais, si j’ai une grosse voiture, un gros 4x4 pour transporter mes cinq enfants, je vais louer à l’étranger, et je ne paierai ni votre malus, ni votre supermalus ! "

 

En France, la ministre indique que la mesure allait concerner entre 2 et 3 % des immatriculations en France, soit 60 000 véhicules neufs par an, dont le prix oscille entre 40 000 et 60 000 euros. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ouverture des commerces : un espoir pour le 28 novembre 2020

Le gouvernement a réuni les fédérations pour envisager la prochaine ouverture des commerces, selon des règles sanitaires strictes. Le CNPA estime que les discussions vont dans le bon sens. Pour l'instant,

Affaire Hory contre PSA : la Cour de cassation ordonne la reprise du contrat de DOPRA

La Cour de cassation vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Rennes, qui ordonnait la résiliation du contrat entre la plateforme de pièces de rechange du groupe Hory et PSA. Résultat : le constructeur

Jacques-Edouard Daubresse bientôt directeur de DS France

Selon nos informations, la direction générale de DS France devrait prochainement être confiée à Jacques-Edouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA.

Le groupe Amplitude va ouvrir quatre sites MG

L’opérateur deviendra l’un des premiers investisseurs privés représentant MG. Quatre concessions devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin de l'année 2020, en Seine-et-Marne et dans l'Oise.

Confinement : les règles du commerce restent inchangées jusqu’au 1er décembre 2020

Sans grande surprise, Jean Castex, Premier ministre, a annoncé, suite au Conseil de défense, le maintien des règles actuelles du confinement et la fermeture des commerces non essentiels, dont l'automobile,

Bridgestone dit non au plan de continuation proposé par l'Etat

Le scénario présenté par le gouvernement pour sauver l'usine de Béthune n'a pas été approuvé par Bridgestone qui confirme donc la fermeture. Les pouvoirs publics veulent toutefois trouver une autre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page