Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Non, le charbon n’est pas mort ; il brûle encore !

Non, le charbon n’est pas mort ; il brûle encore !

Zoom de l’Arval Mobility Observatory – A l'heure où la préservation de l'environnement, la promotion des énergies alternatives et les achats dits durables sont sur le devant de la scène, le charbon, symbole de l'ancien monde, n'a pas dit son dernier mot.

 

S’il fallait désigner les "gagnants" de la crise liée à la pandémie de Covid-19, l’écologie figurerait à coup sûr en bonne place sur le podium. Jamais, dans les discours tout au moins, la mobilisation en faveur d’une économie plus verte, de transports moins polluants, de comportements d’achats plus durables, d"’un monde d’après" plus respectueux des cycles naturels, n’ont été aussi nombreux. Et, de mémoire de journaliste politique, jamais des élections municipales en France n’avaient donné les clés d’autant de grandes villes (Paris, Lyon, Bordeaux, Strasbourg…) à des équipes écologistes ou à très forte connotation verdoyante.

 

Cette "écologie mania" s’est d’ores et déjà traduite par un changement en profondeur des achats automobiles, avec en France un effondrement du Diesel et un peu partout dans le monde, une montée en puissance des voitures électriques et autres modèles hybrides. Dans l’énergie, les géants pétroliers font leur révolution culturelle en faveur des énergies propres. Quant à la finance, sous la pression des agences de notation, elle promet de ne plus financer les énergies fossiles polluantes, pour atteindre un objectif de neutralité carbone en 2050.

 

Dans ce contexte vertueux, sur le papier, il n’y aura naturellement plus de place pour le charbon, symbole de la Révolution industrielle du XIXème siècle et synonyme aujourd’hui de pollution maximale et de contribution majeure à l’effet de serre. Comme l’écrivait l’éditorialiste Philippe Escande dans le Monde fin 2019, "l’affaire semblait entendue. Le monde avait entamé sa cure de désintoxication du charbon, sous la pression des politiques de lutte contre le changement climatique." (1)

 

D’autant plus que des signaux politiques forts étaient envoyés aux populations : en France, ce sera presque la fin du charbon et des quatre centrales encore en service en 2022 ; chez nos voisins allemands, la sortie du charbon (qui représentait en 2019 près de 30 % de l’électricité injectée sur les réseaux de transport d’électricité) est programmée pour 2038. En Espagne, sept sites ont fermé leurs portes le 30 juin et en 2021, il ne devrait rester que deux centrales en activité. Enfin, au Japon, le gouvernement s’est engagé début juillet à réduire sa dépendance énergétique au charbon à horizon de 2030, sans toutefois confirmer les rumeurs de fermeture de 100 vieilles unités.

 

Oui mais voilà, "on n’a pas fini d’entendre parler du roi charbon", prévient pourtant Philippe Escande. "Dans le bouquet énergétique mondial, le charbon est loin d’être mort", renchérit Encyclopédie Energie sur le site EchosSciences Grenoble (2). Et d’expliquer, que "certes la part de ce combustible dans le bouquet énergétique mondial ne croît plus, mais ses 27 % derrière les 32 % du pétrole et devant les 22 % du gaz naturel, vont mettre plus de temps à se tasser que ne l’imaginent les prospectivistes !"

 

L’actualité pourrait bien donner raison à ces différentes analyses. L’archipel japonais, qui dépend à 30 % du charbon pour la production de son électricité, ne compte pas moins d’une dizaine de projets de construction de nouvelles centrales… Quant à l’Allemagne, elle a mis en service fin mai la nouvelle centrale au charbon de Datteln 4 dans l’ouest du pays, suscitant l’incompréhension des organisations environnementales.

 

Les plus grosses inquiétudes viennent de la Chine (qui consomme la moitié du charbon mondial) et de l’Inde. Dans ces deux pays, les nouvelles ne sont guère favorables pour les défenseurs de l’environnement. Pressé de relancer son économie, le gouvernement indien entend augmenter la production en faisant appel à des investissements étrangers, pour assurer l’autosuffisance du pays (il possède les 4èmes plus importantes réserves mondiales) et créer au passage 300 000 emplois. Quant à la Chine, (qui avait pourtant signé l’accord sur le climat à Paris en 2015), elle envisage d’augmenter de 21 % les capacités de ses centrales par rapport à 2019, explique le correspondant du Monde (3). Il s’attend d’ailleurs à un nouveau boom du charbon dans le premier atelier de fabrication de la planète.

 

Pour parodier le philosophe grec Aristote, n’oublions pas que "les progrès en matière environnementale ne valent que s’ils sont partagés par tous". Et que la planète est unique.

 

L’Arval Mobility Observatory

 

(1). « On n’a pas fini d’entendre parler du roi charbon ». Le Monde. 17 décembre 2019

(2). « Dans le bouquet énergétique mondial, le charbon est loin d’être mort ». EchosSciences Grenoble. 6 juillet 2020

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page