Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
JLR supprime 500 emplois en Grande-Bretagne

JLR supprime 500 emplois en Grande-Bretagne

Le groupe britannique va supprimer 500 postes dans son usine de Halewood afin, selon lui, d'améliorer sa productivité. Le site produit des Evoque et Discovery.

 

Le constructeur britannique a annoncé, mercredi 22 janvier dans un communiqué, la suppression de 500 emplois dans son usine de Halewood, non loin de Liverpool, où il fabrique les SUV Range Rover Evoque et Land Rover Discovery Sport. Une décision qu'il impute à la nécessité d'améliorer la productivité et non à une baisse de la demande. Rappelons que le site emploie 4 000 personnes.

 

JLR explique qu'il va réorganiser le travail de ses salariés à partir du mois d'avril 2020, ce qui "va entraîner des gains opérationnels importants dans l'usine afin de répondre à la demande en hausse des clients" pour les deux modèles de SUV. Le constructeur a précisé à l'AFP que les suppressions de postes s'ajoutaient au plan de réduction d'effectifs annoncé en janvier 2019, qui concerne 4 500 emplois soit plus de 10 % de ses effectifs d'alors.

 

Le groupe avait pris cette mesure drastique et décidé d'un plan d'économies de 2,5 milliards de livres en raison d'une activité déprimée par le diesel, la Chine et les incertitudes du Brexit. Il avait en revanche annoncé l'été dernier qu'il allait fabriquer des véhicules électriques au Royaume-Uni à la faveur d'une reconversion de l'usine de Castle Bromwich.

 

Pour le syndicat Unite, cette annonce de suppression de postes est "un nouveau coup dur pour l'industrie automobile" britannique. Il appelle le gouvernement à garantir des échanges sans entrave avec l'UE après le Brexit et à investir significativement dans les véhicules électriques, afin de redorer le blason du secteur automobile britannique.

 

Ce dernier a été affecté ces derniers mois par l'incertitude du Brexit, le ralentissement économique mondial et les bouleversements de l'industrie mondiale, marquée par la perte de vitesse du diesel et l'essor de l'électrique. L'an dernier, le constructeur Honda a annoncé la fermeture de son usine de Swindon et l'américain Ford celle de son usine de moteurs de Bridgend. Les deux groupes ont toutefois pris soin de ne pas mettre ces décisions sur le compte du Brexit. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit dans l'Hexagone. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

350 000 primes à la conversion accordées en 2019

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a tiré le bilan de la prime à la conversion en 2019. Résultat : un nombre record de dossiers, malgré le resserrement des conditions d'attribution,

Les usines automobiles bientôt en panne de pièces venant de Chine ?

L'épidémie de Coronavirus se fait également sentir dans les usines hors de Chine. Après que Hyundai, Toyota, Volkswagen et FCA ont suspendu la production de certains sites, les équipementiers de la Fiev

LS Group ouvre son showroom Bugatti

Le groupe Lamirault-Schumacher conforte son pôle luxe en ouvrant officiellement, à Neuilly-sur-Seine, les portes de la seule et unique concession française Bugatti. La marque de luxe revient dans la capitale

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page