Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
DS3 Crossback E-Tense : l’électrique conjugué au premium

Le premier SUV urbain électrique premium du marché est proposé à partir de 39 100 euros.

DS3 Crossback E-Tense : l’électrique conjugué au premium

DS Automobiles lance sur le marché le premier SUV urbain premium 100 % électrique, le DS3 Crossback E-Tense. Si le modèle peut se targuer d’offrir un confort et un agrément de conduite hors pair, son autonomie le cantonne toutefois à une utilisation bien délimitée.

 

DS Automobiles entre dans l’univers des énergies alternatives avec le lancement de son DS3 Crossback électrique, badgé E-Tense. Un modèle qui fait partie de la récente offensive de PSA sur l’électrique, pressé, comme tous les autres groupes, par les objectifs européens d’émissions de CO2. Pas de surprises pour cette version rigoureusement identique au thermique en termes de dimensions et d’habitabilité. Basé sur la même architecture e-CPM que les Peugeot e-208 et Opel Corsa-e, le SUV urbain loge ses batteries sous le plancher, ce qui, hormis abaisser son centre de gravité au profit de l’agrément de conduite, n’a aucun autre impact sur la dimension et l’habitabilité. Le DS3 Crossback E-Tense offre toujours cinq places, dont quatre réellement exploitables, ainsi qu’un coffre d’une capacité de 350 l.

 

Sur le volet du design, l’esthétisme non conventionnel du modèle demeure, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Seuls quelques détails distinguent les deux déclinaisons, dont la couleur de la calandre, les jantes ou encore les badges E-Tense estampillés sur le hayon et le capot moteur. A bord, les personnalisations restent les mêmes que celles proposées pour le thermique, avec un choix de 9 « inspirations » différentes, disponibles selon les différents niveaux de finitions. Au programme, l’entrée de gamme Chic, So chic, Grand Chic, sans oublier la branche Performance Line et Performance Line + à laquelle s’ajoutent la finition réservée aux professionnels et la série limitée La Première.

 

Un agrément de conduite remarquable

 

Le SUV urbain renferme sous son capot un moteur délivrant, selon les trois modes de conduites Eco, Normal et Sport, 80, 109 et 136 ch, sachant que le mode Normal est sélectionné par défaut lors du démarrage du véhicule et sera celui également choisi lors presque tout le long de notre essai sur les routes du Parc du Vexin. Ce moteur, délivrant un couple maximum de 280 Nm, est alimenté par des batteries lithium ion d'une capacité totale de 50 kWh. Avec, selon le cycle d’homologation WLTP, une autonomie de 320 km. A bord, le DS3 Crossback E-Tense offre un agrément de conduite remarquable, aidé par un excellent châssis PSA qui n’a plus à faire ses preuves et un tarage des suspensions qui permet un amortissement parfaitement calibré.

 

La conduite se veut rassurante en toutes circonstances, même quand le conducteur souhaite exploiter au maximum les capacités offertes par l’électrique et son couple instantanément disponible, pour ce modèle pesant tout de même sur la balance 1525 kg dont 300 kg de batteries. A cela s’ajoute une insonorisation parfaitement bien travaillée, des bruits d'air presque inexistants grâce, notamment, à des vitres épaissies, et un pare-brise acoustique. Bref, impossible de ne pas trouver la zenitude au volant de ce DS3 Crossback E-Tense.

 

L’autonomie à l’épreuve

 

Mais comme pour tout électrique, la question de l’autonomie hante évidemment les esprits. Avec officiellement 320 km disponibles au compteur, batterie pleine, le DS3 Crossback E-Tense affiche une consommation homologuée à 14,4 kWh / 100 km. Seulement, à l’usage, l’autonomie et la consommation ne rejoignent logiquement pas cet idéal théorique, et ce, malgré l’usage constant du mode break permettant le freinage régénératif. Sur un parcours varié d’une centaine de kilomètres, comprenant des voies rapides, des départementales, de traversées de village mais aussi des routes de campagne, la consommation de notre SUV urbain à atteint 16,6 kWh lors d’une conduite apaisée et 18,3 kWh pour une conduite plus dynamique, le tout avec une climatisation réglée sur 21 degrés et une température extérieure d’environ 15 degrés. Soit, une autonomie réelle tournant plutôt autour des 250 – 280 km. Petit bémol : l’indication de l’autonomie, en valeur absolue, n’est proposé que par dizaines. Impossible donc de constater les effets bénéfiques du mode break, ce qui n’encourage pas particulièrement à son usage, ni à l’éco-conduite de manière globale.

 

Les performances en termes d’autonomie du DS 3 Crossback E-Tense semblent toutefois plutôt cohérentes au regard du compromis privilégié entre le poids du véhicule, la taille et la densité des batteries, la place dégagée pour les loger et bien sûr le prix du modèle. Le SUV urbain propose effectivement une autonomie largement suffisante pour les trajets en ville, qui lui sied particulièrement grâce au mode du freinage régénératif, et péri-urbain.

 

Si notre essai ne nous a pas permis de tester cette autonomie sur un trajet exclusivement autoroutier, en revanche, sur les portions de voies rapides, la consommation flirtait allègrement avec les 25 kWh / 100 km. De quoi donner une idée de l’autonomie pour les automobilistes qui voudraient rallier par l’autoroute deux villes.

 

La recharge rapide disponible

 

Consolation et non des moindres : la disponibilité de la recharge rapide de 100 kW offrant la recharge de 80 % de la batterie en 30 minutes. Une Wallbox de 11 kW permet une recharge de 5 heures. Pour ces deux possibilités, les câbles sont fournis avec la voiture. Alors qu’il faudra 8 h sur une prise de 7,4 kW, inutile de songer à recharger le modèle sur une prise domestique, sous peine de devoir patienter près de 30 heures.

 

Pour faciliter la recharge, DS propose l’application MyDS permet de concentrer les informations sur le véhicule, programmer la charge à distance, pré-conditionner le chauffage ou la climatisation. Sans oublier la fonction Trip Planner qui organise le trajet souhaité avec les arrêts aux bornes de recharge. Ce service, inclus pendant 12 mois, est ensuite facturé 4,99 euros par mois. En complément, Charge my Car propose de trouver les stations de charge compatibles à proximité, d’être guid vers le lien choisi, puis de lancer et payer la recharge.

 

Côté tarif comptez 39 100 euros pour la version entrée de gamme Chic, ajoutez seulement 200 euros pour la Grand Chic. La Performance Line se négocie à partir de 42 600 tandis que la  Performance Line + est affichée à 44 800 euros, avec, toujours le bonus écologique de 6 000 euros à déduire.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Thivolle devient réparateur de batteries pour Renault

L'opérateur a investi dans les infrastructures, les équipements et les formations qui lui donnent l'autorisation d'intervenir sur les batteries des véhicules électriques et hybrides. Il est le premier

RRG lance un vaste plan de cession de 10 sites en France

Le constructeur entame la réorganisation de sa filiale de distribution. Dix sites de distribution sont en passe d'être cédés à des groupes privés tandis que l'immobilier du siège parisien sera vendu.

PSA engrange un bénéfice record en 2019

Le groupe automobile français enregistre un bénéfice de 3,2 milliards d’euros en 2019, en hausse de 13,2 %. La marge opérationnelle atteint 8,5 % aussi bien au niveau du groupe que de la division

Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit dans l'Hexagone. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page