Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nissan veut renouer avec la croissance grâce au nouveau Juke

Le nouveau Juke peut être décliné en version bi-ton.

Nissan veut renouer avec la croissance grâce au nouveau Juke

La seconde génération du SUV urbain doit permettre à la marque japonaise de stopper son hémorragie commerciale. Elle mise pour cela sur un style reconnaissable, des mensurations plus généreuses et sur un fort contenu technologique.

 

Bonne nouvelle pour les distributeurs Nissan. Guillaume Boisseau promet le retour de la croissance des ventes de la marque sur le marché français à compter du mois d’octobre. Un rebond qui coïncidera avec la commercialisation du nouveau Juke. "Nous avons atteint notre point bas cet été suite à l’assainissement de nos canaux de distribution, explique le directeur général de Nissan West Europe à l’occasion de la présentation de la seconde génération du SUV urbain. Nous avons réduit de 80 % nos immatriculations sur le canal de la location courte durée et de 40 % sur celui des véhicules de démonstration".

 

L’heure est donc au retour des ventes saines sur la base d’un produit flambant neuf. Le Juke, écoulé à plus d’un million d’exemplaires en Europe, dont 140 000 en France, depuis son lancement en 2010, devra toutefois composer avec une concurrence autrement plus fournie qu’à ses débuts. Une vingtaine de concurrents se disputent aujourd’hui un segment, celui des B-SUV, qui présente cependant l’avantage d’être en forte croissance. "Nous tablons sur une progression de 30 % de la catégorie au cours des trois prochaines années", avance Guillaume Boisseau.

 

La force de Nissan avec le Juke est de disposer d’un véhicule de bonne notoriété et d’une base de clients conséquente que la marque compte bien renouveler ou rapatrier. Selon le dirigeant, "le produit a été amélioré dans plusieurs compartiments, notamment l’habitabilité, la sécurité et la connectivité, tout en conservant son style caractéristique". Le premier contact avec le nouveau Juke procure une très légère impression de déjà vu, tout spécialement à l’avant où les feux à led horizontaux en partie haute et les feux ronds en partie basse sont conservés tout en étant mis au goût du jour. Son gabarit est en revanche plus imposant : il gagne 7 cm en longueur (4,21 m), 10 cm en empattement et 11 cm en garde au toit. Une croissance nécessaire pour se mettre en conformité avec les nouveaux standards du segment. Cela se traduit par une habitabilité plus généreuse (+5,8 cm de longueur aux jambes à l’arrière) et surtout un volume de coffre parmi les plus élevés de la catégorie (422 litres).

 

Pas de diesel

 

L’habitacle a quant à lui été revu dans son intégralité avec des matériaux de meilleure facture (cuir, Alcantara…) et des éléments technologiques tels qu’un écran tactile de 8 pouces donnant accès, entre autres, à la navigation TomTom avec le trafic en temps réel. Autre nouveauté : des sièges avant bénéficiant de hauts parleurs intégrés dans l’appuie-tête. Notons également la présence au catalogue d’un accès Wi-Fi, de la technologie Nissan ProPilot/Drive Assist (régulateur adaptatif avec maintien dans la voie) et de l’application Nissan Connect Services permettant de vérifier plusieurs paramètres du véhicule via son smartphone (pression des pneus, niveau d’huile…). Viennent s’ajouter les incontournables aides à la conduite (surveillance angles morts, reconnaissance des panneaux de signalisation, détection des piétons…).

 

Pour animer le nouveau Juke qui sortira des chaînes de production de l’usine de Sunderland, au Royaume-Uni, Nissan se contente pour l’heure d’une seule motorisation essence, le trois cylindres turbo DIG-T de 117 ch pouvant être associé au choix à une boîte manuelle à 6 rapports ou une transmission automatique 7 rapports à double embrayage et palettes au volant. Pas de diesel à l’horizon. On imagine plutôt une version hybride mais la marque ne se livre pour le moment à aucun commentaire. En attendant, les clients peuvent passer commande du nouveau Juke dans sa version Première Edition limitée à 180 exemplaires en France. La facture s’élève à 27 990 euros en boîte manuelle et 29 490 euros en BVA. Premières livraisons prévues pour le mois de novembre.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Parascandola se développe avec Citroën

Le groupe Parascandola devrait ajouter à son réseau, le 1er janvier 2020, trois concessions Citroën et DS. De quoi lui permettre d’atteindre environ 5 500 véhicules neufs vendus à l’année.

Le groupe RCM acquiert 4 nouvelles concessions Mercedes-Benz Trucks

L’entité Saga Mercedes de l’opérateur rachète le groupe Massoni, qui dispose de 4 concessions localisées dans le Périgord et le Limousin.

Le groupe Maurin prend le panneau Ford en Belgique

L’opérateur nîmois ne s’arrête plus et enchaîne les opérations de croissance externe. Selon l’Autorité de la concurrence belge, le groupe serait en passe d’acquérir deux concessions Ford

Renault s'associe à Mobivia pour racheter Exadis

La maison mère de Norauto a confirmé l’information. Elle s’associe au constructeur en vue d’acquérir les 9 plateformes de pièces de rechange d’Exadis, filiale du groupe Laurent.

Livraison de pièces de rechange : Renault en porte-à-faux

Depuis le début de l’été, la plateforme principale du groupe Renault n’arrive pas à assurer les livraisons de ses pièces de rechange, provoquant la colère de son réseau. Renault répond.

Le groupe Maurin poursuit son offensive dans le réseau Volvo

L’opérateur a officialisé son intention de reprendre les affaires Volvo et Honda, situées à Aix-en-Provence. Une acquisition qui lui permettrait d'entrer dans le top 3 des distributeurs Volvo et d’ajouter

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page