Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les Français n’ont pas une bonne perception du véhicule électrique

La moitié des personnes interviewées par le cabinet Oliver Wyman sous-estiment de 20 % l'autonomie d'une Renault Zoé.

Les Français n’ont pas une bonne perception du véhicule électrique

Selon une étude du cabinet Oliver Wyman, les Français ont une perception erronée du prix du véhicule électrique, de sa recharge et de son autonomie.

 

Trop chère, pas assez d’autonomie, les Français ne sont visiblement pas encore prêts à franchir le pas de la voiture électrique, selon une récente étude des analystes d'Oliver Wyman. Le cabinet a réalisé une étude auprès de 1 060 personnes de plus de 18 ans sur l’intérêt qu’elles portent au véhicule électrique ou hybride. Si le sujet intéresse (78 % le déclare), 51 % des consommateurs considèrent que le véhicule électrique est acheté par "des gens qui roulent peu" et à 39 % "par des professionnels qui circulent dans un rayon limité".

 

Sans surprise, le prix est jugé trop élevé et l'autonomie trop faible par une majorité des répondants. Pour autant, le consommateur ne dispose pas des informations précises. En effet, ces derniers sous-estiment le niveau de la subvention pour l'achat d'un véhicule propre (à 3 852 € contre 6 000 € en réalité). La même approximation est révélée sur le niveau d'autonomie des batteries. Cependant, ces derniers changent de perception lorsqu'ils disposent de l'information.

 

Mêmes résultats au sujet du prix de la recharge : 80 % des personnes interrogées estiment que le tarif d'une recharge atteindrait 30 à 40 euros contre 3 à 4 euros en réalité. Une fois l'information corrigée, près d'un tiers des consommateurs changent de perception sur la voiture électrique.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, qui entre en vigueur le 1er août 2019, se recentre sur les véhicules électriques et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et d'occasion émettant moins de 117 g de CO2 pourront

La nouvelle prime à la conversion entre en vigueur au 1er août 2019

Contre toute attente et sans concertation avec la filière automobile, le gouvernement a publié ce matin au Journal officiel les nouveaux critères d’accès à la prime à la conversion. Comme prévu,

Année noire en perspective pour le salon de Francfort

Grand-messe de l'automobile, en alternance avec le Mondial de Paris, le salon de Francfort va sans doute vivre sa pire édition en septembre 2019. La liste des constructeurs absents ne cesse de s'allonger.

Le partenariat VO entre GGP et Norauto prend forme

La collaboration entre le groupe GGP et le réseau de centres autos se précise avec le lancement du panneau "Les Occasions Norauto". L’enseigne recrute en effet ses futurs commerciaux dans près d’une

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page