Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Uber dévoile le salaire de ses chauffeurs

28 000 chauffeurs travaillent pour Uber dans l'Hexagone.

Uber dévoile le salaire de ses chauffeurs

Selon la plateforme de VTC américaine, ses chauffeurs français perçoivent 9,15 euros de l'heure, soit un salaire mensuel de 1 617 euros pour 45 heures de travail hebdomadaire.

 

Une fois n'est pas coutume, Uber lève le voile sur les revenus de ses chauffeurs tricolores. Un sujet sensible sur lequel la plateforme américaine n'avait jamais vraiment communiqué. Comme le révèle EureCab, comparateur de prix pour les taxis et les VTC, Uber a publié les statistiques de rémunération pour ses 28 000 conducteurs français. Ces derniers perçoivent ainsi 9,15 euros de l'heure, soit un salaire mensuel de 1 617 euros net, pour 45 heures de connexion par semaine.

 

"La pression est très forte sur Uber"

 

Dans le détail, Uber note que le chiffre d’affaires médian horaire de ses chauffeurs s'élève à 24,81 euros. Une somme à laquelle il convient d'enlever la commission due à la plateforme (25 %), les frais de service, la TVA et les cotisations sociales. Toutefois, comme le note EureCab, il ne s'agit là que de valeurs médianes. Impossible donc de connaitre le gap entre ceux percevant les meilleurs et les moins bons salaires.

 

Si l'initiative d'Uber est salvatrice, celle-ci pose néanmoins question. Pourquoi ce besoin de transparence ? "La pression est très forte sur Uber, dont le mode de fonctionnement avec ses chauffeurs pose question. Sont-ils toujours indépendants ? s'interroge Théodore Monzies, cofondateur d'EureCab. En publiant ces chiffres, la plateforme prend tout le monde à contrepied et dit : voyez ce que gagnent nos chauffeurs, ils ont des revenus corrects, nous ne les exploitons pas".

 

Une rémunération dans la moyenne

 

Et alors qu'Eurecab travaille également avec SnapCar, LeCab, Chauffeur Privé (devenu Kapten, ndlr), Marcel et plus de 400 VTC indépendants, le modèle de rémunération d'Uber s'inscrit-il dans la moyenne du marché ? "Oui, car les niveaux de prix des courses sont quasiment égaux d'une plateforme à une autre, note Théodore Monzies. Ce qui diffère, c'est la commission. Chez Uber, elle s'élève à 25 % contre 20 % chez Chauffeur Privé ou encore 15 % chez Taxify. Une différence que la société justifie par une communauté d'utilisateurs plus importante et donc par un potentiel de courses lui aussi plus important".

 

En conclusion, le dirigeant voit plutôt d'un bon œil cette démarche : "Sur le plan social, c'est très habile. Et puis cette initiative a aussi le mérite d'étayer le débat avec des chiffres qui nous paraissent cohérents. C'est une première qui est salutaire".

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Plateforme PSA : la cour d'appel de Paris acte la résiliation du groupe Hory

La cour d'appel de Paris vient de rendre son arrêt dans l'affaire qui oppose le groupe Hory à PSA. La plateforme de pièces est bien résiliée. Le distributeur et son avocat ont décidé de se pourvoir

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page