Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La vie de château de Carlos Ghosn

Carlos Ghosn va faire l'objet d'une enquête également en France.

La vie de château de Carlos Ghosn

Soupçonné d'avoir personnellement bénéficié pour son mariage en 2016 d'un contrat de mécénat entre Renault et le château de Versailles, Carlos Ghosn y aurait, deux ans plus tôt, célébré son 60e anniversaire. La facture aurait été réglée par Renault-Nissan.

(Avec AFP)

  

Soupçonné de malversations financières au Japon, Carlos Ghosn aurait-il commis des délits en France ? Renault va signaler à la justice que son ancien patron a reçu un avantage en nature de 50 000 euros dans le cadre d'une convention de mécénat avec le Château de Versailles. "Il a été identifié qu'une contrepartie d'une valeur de 50 000 euros, dans le cadre d'une convention de mécénat signée avec le Château de Versailles, a été affectée au bénéfice personnel de M. Ghosn liée à la célébration du mariage de M. Ghosn dans le château, le 8 octobre 2016", a annoncé Renault dans un communiqué.

 

Le constructeur automobile "a décidé de porter ces faits à la connaissance des autorités judiciaires.    Les éléments réunis jusqu'ici nécessitent que des vérifications supplémentaires soient menées", a précisé le groupe au losange.

 

De son côté, le château de Versailles a indiqué que "Renault a demandé la mise à disposition de la galerie des Cotelle et du péristyle du Grand Trianon pour l'organisation d'un dîner le 8 octobre 2016".

L'établissement public a enregistré la location du château de Versailles et du Grand Trianon, une prestation évaluée à 50 000 euros, comme une contrepartie de la convention de mécénat d'un montant de 2,3 millions d'euros signée entre les deux partenaires en juin 2016.

 

 

De son côté, l'avocat de Carlos Ghosn, Jean-Yves Le Borgne, a assuré que l'ancien patron de Renault "a réglé tous les frais de son mariage. Seule la salle de Versailles a été mise à sa disposition sans facturation", a-t-il réagi dans une déclaration transmise à l'AFP. "Renault n'a rien déboursé", a-t-il souligné, ajoutant que M. Ghosn "ignorait que l'utilisation de la salle serait imputée au droit d'usage réservé à Renault".

  

 

En outre et selon les Echos, deux ans plus tôt, et toujours au château de Versailles, un immense dîner a été organisé, le jour du soixantième anniversaire de l'ancien dirigeant. Officiellement, c'était un événement pour les 15 ans de l'Alliance. Une fête qui selon les informations du quotidien aurait été évaluée à 600 000 euros et payée par Renault et Nissan. "Pour l'instant, cette découverte, dont l'illégalité sera à démontrer, ne fait l'objet d'aucune démarche judiciaire", a précisé Les Echos.

 

Interrogé par l'AFP en marge du salon des entrepreneurs à Paris, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré qu'il y aurait "la transparence totale".

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Plateforme PSA : la cour d'appel de Paris acte la résiliation du groupe Hory

La cour d'appel de Paris vient de rendre son arrêt dans l'affaire qui oppose le groupe Hory à PSA. La plateforme de pièces est bien résiliée. Le distributeur et son avocat ont décidé de se pourvoir

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page