Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Uber peut relancer ses essais sur des véhicules autonomes

Uber peut relancer ses essais sur des véhicules autonomes

Les autorités de l'Etat américain de Pennsylvanie ont autorisé Uber à reprendre ses tests sur des voitures autonomes. Ces derniers avaient été interdits en mars 2018 suite à un accident intervenu près de Phoenix.

 

Mardi 18 décembre, Uber a reçu l'aval des autorités de l'Etat américain de Pennsylvanie pour reprendre ses tests menés sur des véhicules autonomes. Le spécialiste des VTC s'était vu interdire ses expérimentations en mars 2018, suite à un accident survenu dans la ville de Tempe (Arizona), impliquant un Volvo XC90 équipé de la conduite autonome qui avait percuté une femme traversant en dehors des passages piétons.

 

D'après Volvo, le véhicule ne serait pas en faute car les technologies n'étaient pas fournies par le constructeur. "Les ingénieurs de Volvo Cars ont travaillé en étroite collaboration avec ceux d'Uber pour développer les SUV XC90 qui constituent la flotte du géant du covoiturage. Les véhicules de base intègrent toute la sécurité, la redondance et la technologie de conduite autonome requises par Uber pour ajouter ses propres systèmes de conduite autonome", explique le constructeur suédois. 

 

Des tests opérés manuellement

 

Pour la police de Tempe, "il est clair qu'il aurait été difficile d'éviter cette collision quel que soit le mode de conduite (autonome ou humaine, NDLR) étant donné la façon dont la victime a surgi sur la route". Quoi qu'il en soit, malgré la lettre d'autorisation officielle permettant à Uber de relancer son programme à Pittsburgh, là où siège sa division spécialisée dans la conduite autonome, le groupe n'a pas encore prévu de reprendre les tests. Depuis juillet, des essais sont timidement menés mais avec, paradoxalement, un conducteur dans le véhicule. 

 

Ces derniers ne sont toutefois pas inutiles, même si la voiture est opérée manuellement, car ils permettent de tester les équipements et d'améliorer le système. D'autant qu'Uber a aussi besoin d'amonceler des données en mode autonome s'il veut entrer en Bourse prochainement, comme il l'a prévu. Uber n'est pas le seul groupe à avoir rencontré des problèmes sur cette question. En mai 2016, une Tesla Model S a causé la mort d'un homme roulant en Autopilot.

Jules Da Rocha-Moreau

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Didier Berrezai reprend le groupe Fournis

Déjà titulaire du panneau Ford à Cherbourg (50), Didier Berrezai frappe un grand coup dans le réseau de l'Ovale Bleu en reprenant les affaires de Claude Fournis, historique distributeur de la marque

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page