Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Peugeot 508 SW : la carte du style

Peugeot 508 SW : la carte du style

Dévoilée durant le Mondial de Paris, la 508 SW sera dans les showrooms au printemps 2019. Peugeot joue la carte du style pour cette carrosserie break qui représente 60 % des ventes de familiales en Europe. Il y ajoutera l’hybridation fin 2019.

 

Alors que les premiers exemplaires de la berline sont enfin sur les routes, après que Peugeot a eu à régler quelques problèmes "qualité" durant la montée en cadence de la production, la version break, baptisée "SW", est déjà là. Enfin presque, car les premières livraisons ne devraient pas intervenir avant avril-mai 2019. En attendant, la berline a déjà enregistré, au 23 novembre, 6 000 commandes en Europe. Un bon début pour l’état-major de la marque au lion qui note que les professionnels représentent pour l’heure 60 % des ventes.

 

Une proportion qui devrait encore augmenter à l’avenir, avec l’entrée du modèle dans davantage de car policies pour l’année 2019. Le break aidera largement à cette diffusion future, car cette carrosserie s’adjuge 60 % des ventes de familiales en Europe et 50 % en France.

 

Des VR annoncées supérieures à la Passat

 

Si le marché français représente une base solide, la 508 SW précédente y a souvent dépassé les 10 000 immatriculations, Peugeot souhaite que son nouveau flagship parte à la conquête du marché allemand qui absorbe 40 % du volume des breaks du segment M2 en Europe. Viennent ensuite le Royaume-Uni, la Suède, l’Italie et la France. Pour séduire, la recette du constructeur est la même que pour la berline. Sochaux a voulu un break de caractère et non plus un break de charge même si, bien sûr, le coffre reste important en proposant de 530 à 1 780 litres. La preuve en technique puisque le constructeur n’a quasiment pas modifié les trains roulants et notamment celui arrière souvent taré différemment pour les breaks.

 

Cette nouvelle architecture, qui fait grimper le poids de 35 à 40 kg, offre, peut-être, un style encore plus réussi, mais aussi une habitabilité supérieure aux places arrière grâce à une garde au toit un peu plus généreuse. Pour le reste, la 508 SW reprend tout de la berline. L’i-Cockpit, qui équipe déjà plus de 5 millions de Peugeot, est naturellement de la partie, comme les onze Adas qui comprennent notamment la vision de nuit.

 

Des qualités intrinsèques qui semblent reconnues par les coteurs européens qui ont attribué à ce break des valeurs résiduelles (diesel, 36 mois, 90 000 km) supérieures de 3 à 5 points à celles d’une VW Passat. Un bon point que la politique commerciale de la marque viendra ensuite conforter ou dégrader.

 

La PHEV lancée fin 2019

 

Sous le capot, au lancement, les atouts se nomment PureTech avec des blocs essence offrant 160 et 225 ch (123 et 130 g/km). Les blocs HDI, qui devraient encore dominer les ventes, seront disponibles en trois niveaux de puissance avec 130, 160 et 180 ch (de 98 à 124 g/km). La boîte EAT8 fait également partie de la dotation.

 

Le BlueHDI 130 EAT8 avec ses 98 g/km devrait être le best-seller dans les entreprises. Pour afficher des émissions encore plus basses, il faudra attendre la fin de l’année 2019 et l’arrivée de la 508 hybride rechargeable. Associant un bloc PureTech 180 et un moteur électrique de 110 ch, la puissance cumulée sera de 225 ch. Mais le plus important sera une autonomie électrique de 40 km, grâce à une batterie de 11,8 kWh qui permettra de limiter les émissions de CO2 à moins de 49 g/km. Une hybridation indispensable dans l’optique du respect des normes européennes qui a eu raison d’une éventuelle version RXH. La 508 SW ne sera pas baroudeuse.

 

------------------------------------------------

 

La 508 SW

Date de lancement : avril-mai 2019

Segment de marché : breaks familiaux

Objectif * : 15 000 unités SW en année pleine

Principales concurrentes de la 508 berline et de la SW :

2 129 unités (cumul 11/2018)

Renault Talisman : 7 553 (- 39,9 %)

VW Passat : 6 134 (- 26,5 %)

Ford Mondeo : 4 673 (+ 84,6 %)

Prix :

Essence : de 35 900 à 51 750 euros

Diesel : de 33 600 à 52 950 euros

*estimations JA

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault vise une légère croissance dans le véhicule d'occasion en 2021

Le réseau Renault a immatriculé 225 000 véhicules d'occasion en 2020, soit une baisse de 9 %. Un léger rebond est toutefois attendu pour cette année. Les électriques joueront de leur influence dans

Le groupe Volkswagen manque son objectif CO2 de 0,5 g

Malgré des ventes de modèles électrifiés multipliées par plus de quatre, le groupe Volkswagen n'a pas atteint son objectif CO2 en 2020. Il rate, avec le pool qu'il avait constitué, la cible de 0,5 g en affichant

Volvo France vise 20 000 livraisons en 2021

Porté par ses modèles hybrides rechargeables, Volvo Car France veut renouer avec la croissance en 2021. Il vise 20 000 livraisons, dont 55 % de PHEV. L'année sera aussi synonyme d'un engagement encore

Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page