Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Autopartage : Public LLD passe à l’offensive

Autopartage : Public LLD passe à l’offensive

Partant du constat que les véhicules de pool des collectivités locales et de l’Etat roulent très peu, la filiale d’Arval a mis sur pied une prestation d’autopartage qui doit permettre à ses clients d’optimiser leur taux d’utilisation.

 

Public LLD ajoute une corde à son arc. La filiale d’Arval spécialisée dans les flottes publiques annonce le lancement d’une offre d’autopartage. L’objectif affiché est d’optimiser la gestion des véhicules en pool des collectivités locales et de l’Etat qui roulent dans la majorité des cas moins de 3 000 kilomètres par an.

 

Public LLD estime qu’il est possible de réduire un parc en pool de 15 à 20 % en améliorant le taux d’utilisation des véhicules, de diminuer de l’ordre de 20 % les coûts de fonctionnement en améliorant la connaissance des usages, le contrôle et le suivi des véhicules, et enfin d’accroître la part des véhicules électriques. Le prestataire bénéficie pour cela des outils de sa maison mère Arval, notamment d’une plateforme digitale qui permet de centraliser quantité d’informations (suivi des coûts, gestion des amendes, fréquence et durée d’utilisation, kilométrage…) et de faciliter le reporting.

 

Une option pour les usages personnels

 

"Les leviers pour financer la modernisation du parc sont autant qualitatifs que quantitatifs. Ils sont particulièrement prometteurs au sein des flottes publiques, car le potentiel de mutualisation est considérable. C’est l’un des axes régulièrement mis en avant par le gouvernement et les directeurs des services pour faire des économies, et nous devions y répondre avec une solution adaptée. Ses effets sont mesurables et immédiats, car le dispositif peut être déployé sur tous les véhicules en parc, quel que soit le mode de financement", précise Stéphane Spitz, le directeur général adjoint de Public LLD.

 

La filiale d’Arval propose en prime une option qui permet de mettre les véhicules à la disposition des collaborateurs en dehors des heures de service pour des usages personnels, moyennant une participation financière.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Rétro 2018 : une année dans les réseaux

L'exercice 2018 touche à sa fin et force est de constater que l'année fut plus qu'agitée pour l'ensemble des distributeurs. Avec l'entrée de PGA dans le capital du groupe Bernard, la prise de participation

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page