Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Arnaud de Cespédes (Petit Forestier) :

Arnaud de Cespédes (Petit Forestier) : "Notre parc loué en France est de 25 000 véhicules"

Le groupe Petit Forestier a connu une actualité chargée ces dernières semaines entre sa participation au salon IAA de Hanovre, le rachat d’une entreprise américaine et la prise de contrôle d’un carrossier polonais. L’occasion de faire le point sur son activité avec Arnaud de Cespédes, le président de Petit Forestier Location.

 

Que représente aujourd’hui le groupe Petit Forestier ?

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 667 millions d’euros en 2017 et l’ambition est de monter à 700 millions d’euros en 2018. Nous louons 52 200 véhicules, 44 500 meubles et 2 700 containers réfrigérés auprès de 15 000 clients. Petit Forestier emploie 3 500 collaborateurs et est aujourd’hui présent dans 19 pays avec des implantations récentes en Afrique du Sud, en Hongrie et à Dubaï. Nous disposons à ce jour de 237 sites. La moitié du chiffre d’affaires du groupe devrait être réalisé à l’international d’ici à quatre ou cinq ans. Cela passera par de la croissance organique et par des opérations de croissance externe, comme nous avons pu le faire récemment avec le rachat de la société new-yorkaise Mendon Leasing, qui dispose d’un parc de 1 600 camions, et du carrossier polonais Igloocar. Cette dernière acquisition doit nous permettre d’accompagner notre développement en Europe de l’Est.

 

Qu’en est-il du marché français ?

Notre parc loué en France est de 25 000 véhicules. Il s’agit à 60 % d’utilitaires légers et à 40 % de poids lourds. Il est important de souligner que le groupe Petit Forestier s’est spécialisé dans la LLD de véhicules réfrigérés en full service. Dans ce cadre, nous avons choisi d’internaliser l’entretien des véhicules. Celui-ci est assuré par notre réseau de 105 agences. Elles sont outillées pour réaliser l’entretien courant et une quinzaine d’entre elles peuvent même effectuer les travaux de carrosserie et de peinture. Ce mode opératoire nous permet de maîtriser les délais d’intervention et c’est une garantie pour nos clients de retrouver des véhicules à leur image. Nous sommes bien entendu en mesure de fournir des véhicules de remplacement si nécessaire.

 

Assurez-vous également l’entretien des groupes frigorifiques ?

Bien entendu, 38 de nos sites sont habilités par le Cemafroid pour effectuer les tests obligatoires de maintien et de descente en température sur les véhicules frigorifiques et réfrigérants. Nos réalisons 6 000 contrôles chaque année. Nos clients sont ainsi assurés de disposer de cellules froid en parfait état de fonctionnement. Celles-ci sont contrôlées lors de la mise en service puis à intervalles réguliers, à savoir au bout de six ans, neuf ans et douze ans.

 

Pouvez-vous nous détailler la composition de votre parc ?

Comme je vous l’ai indiqué précédemment, 60 % de notre parc est constitué d’utilitaires légers. Notre modèle phare est l’Iveco Daily, qui peut accueillir une caisse frigorifique de 11,6 m3. Nous proposons également du Fiat Doblo avec des caisses de 5 m3, du Renault Trafic avec une caisse de 7 m3 ou encore du Fiat Ducato avec une caisse de 9 m3. J’ajoute que nous sommes généralement sur des contrats de LLD de 60 mois pour les utilitaires légers et de 6 ans pour les poids lourds. Autre précision, nous louons de préférence des véhicules avec des caisses frigorifiques rapportées réalisées par notre filiale Le Capitaine. Cela permet de bénéficier de plus de volume utile, de réaliser davantage d’aménagements et de descendre à des températures plus basses, jusqu’à moins 20°C, les caisses étant certifiées Classe C. Les véhicules avec cellules intégrées sont quant à eux certifiés Classe A (0° minimum, NDLR), ce qui les cantonne à du transport de produits frais.

 

Quelles solutions apportez-vous à vos clients à la recherche de véhicules plus propres, notamment électriques ?

Cela fait plus de cinq ans que nous faisons du véhicule électrique avec le Renault Kangoo Z.E. Nous proposons également le Fiat Doblo en motorisation GNV. La flotte Petit Forestier compte à ce jour 300 véhicules électriques et GNV. J’ajoute que l’âge moyen du parc est de 3,8 ans seulement et que 50 % de nos véhicules sont Euro 6. Après, nous avons évidemment conscience qu’avec la multiplication annoncée des zones à faibles émissions, nos clients vont être à la recherche de produits alternatifs variés. Nous y travaillons, tant sur la partie utilitaire que poids lourd. Pour la micro livraison, comme le portage de repas, nous proposons des solutions avec Goupil et Ligier. Ensuite, à l’occasion du dernier salon IAA de Hanovre, nous avons présenté un Renault Master Z.E. de 3,1 tonnes équipé d’un groupe frigorifique 100 % électrique, le Thermo King E-200, qui permet à la caisse d’afficher moins 20° pendant dix heures, et ce sans affecter l’autonomie du véhicule grâce à sa batterie indépendante. Dix unités de ce nouveau produit seront livrées prochainement dans notre réseau, de façon à ce que des clients puissent les tester.

 

L’électrique peut-il être compétitif face à du thermique dans votre métier ?

Le Master Z.E. sera bientôt une réalité technique, mais aussi une réalité économique. Avec la hausse du cours du gazole, l’écart entre le thermique et l’électrique se resserre. Avec le Master Z.E., nous devrions tourner autour de 1 800 euros de loyer, soit une mensualité à peine 20 % plus élevée que pour un équivalent thermique. L’équilibre sera en revanche plus difficile à trouver sur le poids lourd. Des entreprises se lancent toutefois dans l’aventure, comme Pomona, à qui nous avons livré un camion 100 % électrique début octobre, via notre filiale Stricher, pour effectuer des livraisons dans le centre-ville de Rennes.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Rétro 2018 : une année dans les réseaux

L'exercice 2018 touche à sa fin et force est de constater que l'année fut plus qu'agitée pour l'ensemble des distributeurs. Avec l'entrée de PGA dans le capital du groupe Bernard, la prise de participation

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page