Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Keolis et Bordeaux lancent le transport urbain partagé à prix fixe

Keolis et Bordeaux lancent le transport urbain partagé à prix fixe

La filiale de la SNCF a choisi Bordeaux pour expérimenter un nouveau service de transport partagé à la demande et à bas coût. Unique en France, il fait écho à des tests en cours en Australie et aux Etats-Unis.

 

Ce 7 novembre 2018, Keolis a fait entrer Bordeaux dans une ère nouvelle. La filiale de la SNCF a démarré l'expérimentation de KE'OP, un service de mobilité au modèle économique inédit en France. Moyennant un tarif fixe de cinq euros, quels que soient la distance et le temps de trajet, l'utilisateur peut en effet réserver et prendre place à bord d'un des sept véhicules monospace (7 places) mis à disposition par Keolis, sur un rayon de 50 km2, dans la métropole bordelaise.

 

En Gironde, ce nouveau mode de transport qui se veut économique et écologique est expérimenté dans les communes de Pessac, Mérignac et Le Haillan, couvrant l'aéroport, le campus universitaire et plusieurs centres hospitaliers. Après ses débuts en Gironde, il "a vocation à s'étendre à d'autres villes" de l'Hexagone, précise-t-on. Il est aussi en cours d'expérimentation depuis le début de l'année dans les villes australiennes de Sydney et Newcastle, et à Los Angeles, aux Etats-Unis.

 

En pratique, l'application KE'OP permet de géolocaliser le passager à son point de départ et de lui fixer un point de rendez-vous à une distance n'excédant pas 100 mètres du lieu où il fait sa demande. Selon Keolis, son attente ne devra pas dépasser quinze minutes. On peut réserver son trajet à l'avance et jusqu'à la dernière minute, du lundi au samedi de 6h à 21h. KE'OP permet également des connexions au réseau de transports en commun de la métropole.

 

Avec cette expérimentation qu'il finance en totalité, Keolis veut "démontrer la pertinence de ce nouveau mode de déplacement" en apportant "une meilleure couverture du territoire à moindre coût et plus de souplesse aux voyageurs", tout en contribuant à réduire la congestion urbaine. (Avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault : Thierry Bolloré provisoirement aux manettes

Le conseil d'administration a logiquement choisi le numéro deux de Renault pour assurer provisoirement la direction exécutive du groupe. En attendant des informations du Japon, Carlos Ghosn demeure le PDG du constructeur

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page