Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
EDF affiche ses ambitions dans la mobilité électrique

EDF va s'appuyer sur sa filiale Sodetrel pour l'installation de bornes de recharge.

EDF affiche ses ambitions dans la mobilité électrique

Le groupe français annonce qu’il veut être l’énergéticien leader de la mobilité électrique en Europe dès 2022. Dans son Plan Mobilité Electrique, il prévoit de devenir le premier fournisseur en électricité pour véhicules électriques, le premier exploitant de réseaux de bornes et le champion du smart charging.

 

EDF annonce la couleur. L’énergéticien a pour ambition de devenir le premier acteur de la mobilité électrique sur ses quatre principaux marchés européens (France, Royaume-Uni, Italie et Belgique) d’ici à 2022. Il a pour cela concocté un Plan Mobilité Electrique, comme il a pu le faire récemment pour ses activités dans le solaire et le stockage électrique.

 

Le groupe entend tout d’abord être le premier fournisseur en électricité pour véhicules électriques. Son ambition est de fournir en énergie 600 000 voitures à l’horizon 2022, ce qui représentera selon lui 30 % de parts de marché France, au Royaume-Uni, en Italie et en Belgique. EDF annonce par ailleurs qu’il proposera dès 2019, sur chacun de ces marchés, des offres totalement intégrées comprenant la fourniture d’électricité bas carbone, une solution de recharge pour tous les clients disposant d’une place de parking ainsi que des services pour l’optimisation de la recharge et l’usage de la batterie.

 

Un autre objectif, et non des moindres, est de s’imposer comme le premier opérateur d’infrastructures de charge publique et privée, toujours sur le même périmètre géographique. Le groupe compte déployer 75 000 bornes d’ici à 2022 au travers de Sodetrel et donner accès à 250 000 bornes en interopérabilité à ses clients en Europe. Sa filiale exploite à ce jour 5 000 bornes en France et donne accès à 60 000 points de charge en Europe à ses clients détenteurs du Pass Sodetrel. EDF vise enfin le leadership européen du "smart charging" avec comme objectif d’exploiter 4 000 bornes intelligentes en 2020.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Paul-Henri Dubreuil :

Comme annoncé hier dans nos colonnes, le groupe Dubreuil récupère les sites de Chartres et Dreux, et signe ainsi son retour dans le réseau Citroën, marque avec laquelle il a créé la structure Claris

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page