Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le DS3 Crossback en quête de leadership

Le DS3 Crossback est le deuxième des six modèles DS prévus dans le plan Push to Pass de PSA.

Le DS3 Crossback en quête de leadership

Avec l'arrivée du DS3 Crossback, DS Automobiles dispose du produit nécessaire pour confirmer les bons débuts du DS7 Crossback. La marque vise même la tête du segment B-SUV premium. Il faudra toutefois attendre le printemps 2019 pour les premières livraisons.

 

La commercialisation du DS3 Crossback n'est attendue qu'au printemps 2019, mais DS ne manque pas d'ambitions pour son dernier modèle. "Avec le DS3 Crossback nous visons le leadership du segment", a indiqué Eric Apode, directeur produit et développement de DS Automobiles. Il faut dire que la performance de son grand frère, le DS7 Crossback, peut laisser penser qu'il ne s'agit pas d'une utopie.

 

En effet, le grand SUV DS, dont la commercialisation a débuté en avril dernier, totalise déjà près 15 000 livraisons, dont 7 058 unités en France, à fin septembre. Yves Bonnefont, le président de la marque, indique même que, sur le deuxième trimestre isolé, le DS7 est leader de son segment devant les marques premium d'outre-Rhin. Un bon démarrage qui change naturellement le business de la marque avec un prix moyen pour les DS7 flirtant avec les 50 000 euros. Il faut dire que les clients plébiscitent les finitions hautes (68 %) ou encore la version DS Performance (35 %) au caractère plus affirmé. Le DS Connected Pilot fait aussi partie de la dotation dans 48 % des commandes.

 

De bon augure pour le DS3 Crossback qui va offrir un contenu technologique quasi identique que son grand frère et rarement atteint dans la catégorie. Naturellement, le style sera un autre élément fort du modèle comme la personnalisation qui a déjà fait ses preuves sur la DS3. Une petite berline qui va d'ailleurs continuer sa carrière avec une série baptisée "Forever" uniquement disponible avec un moteur essence répondant aux normes 6.2. Il ne faut pas oublier que la DS3, vendue à près de 500 000 exemplaires, demeure LE modèle qui a soutenu la renaissance de DS. Mais revenons à la DS3 Crossback.

 

A l'occasion du Mondial de Paris, DS a ouvert les commandes et dévoilé les prix des versions thermiques : il faudra compter 23 500 euros en entrée de gamme et 40 500 euros pour la finition "La Première" seulement disponible au lancement. De quoi aller croiser le fer avec les Audi Q2 et Mini Countryman sur le marché des SUV premium du segment B. Un segment en progression de 19 % depuis le début de l'année selon Jato et qui représente, à fin juillet, un volume cumulé de 87 000 unités.

 

L'autre point fort du DS3 Crossback réside dans le fait qu'il sera lancé dès septembre 2019 dans une version 100 % électrique. En inaugurant la nouvelle plateforme CMP du groupe PSA, le petit SUV DS va également inaugurer la propulsion électrique moderne dans le groupe. Le modèle sera pourvu d'un moteur électrique de 100 kW (136 ch) alimenté par une batterie de 50 kWh. Le tout autorisera une autonomie voisine de 320 km selon le cycle WLTP (450 km selon le cycle NEDC). Pour l'heure, pas de prix annoncé, mais le constructeur vise un TCO très proche de l'essence.

 

Qu'ils soient thermiques ou électriques, tous les DS3 Crossback seront produits dans l'usine française de Poissy à destination des pays où DS est présente. Pour l'heure, DS a ouvert 35 pays dans le monde. Il n'y aura donc pas de production du petit SUV en Chine.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le gouvernement propose un barème du malus moins sévère

Un amendement visant à assouplir le barème du malus a été déposé par le gouvernement dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2019. La grille débuterait toujours à 117 g/km

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page