Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi Q8 : dans la cour des grands SUV Coupé

Audi Q8 : dans la cour des grands SUV Coupé

Avec son nouveau Q8, Audi comble son retard sur le segment des gros SUV Coupé en se confrontant au BMW X6, Range Rover Velar ou encore Mercedes-Benz GLE. L'ambition de l'allemand : au moins égaler les ventes de son Q7 en année pleine.

 

Audi entre enfin sur le segment des grands SUV Coupé, et pas sur la pointe des pieds : avec près de cinq mètres de long, deux de large et 1,7 mètre de haut, le dernier bébé d’Audi ne passe pas inaperçu. Si ses dimensions se rapprochent de celles du Q7, le Q8 arbora un style plus dynamique : plus bas, plus court mais plus large, il adopte également des portes sans encadrement, une chute de pavillon raisonnablement prononcée, avec un double avantage. D'une part, installer confortablement deux personnes, voire trois personnes malgré une place du milieu à l’assise plutôt ferme, d'autre part, adopter des lignes plus harmonieuses et, surtout, moins tapageuses que ses concurrents.

 

Ce nouveau SUV est aussi l’occasion pour Audi d’esquisser un sursaut de créativité avec une nouvelle calandre octogonale, entourée d’un masque couleur noir laqué, gris mat ou teinte carrosserie, tandis qu’à l’arrière, les deux feux se confondent en un bandeau. A l’intérieur, Audi a transposé dans son Q8 l’intérieur de sa limousine A8 avec, à la clé, un rendu qualitatif via des matériaux nobles et un agencement ergonomique. La planche de bord aux lignes épurées accueille deux écrans tactiles, complétés par le combiné d’instruments Virtual Cockpit et l’affichage tête haute.

 

Une seule motorisation pour le moment

 

A son lancement, le Q8 adopte une seule motorisation, le diesel 3.0 l de 286 ch associée à la boîte Tiptronic huit rapports. Et puisque l’ensemble est chargé d’entraîner un véhicule qui pèse sur la balance 2,2 tonnes, il n’y a pas vraiment de surprises, donc, quant au comportement routier. Sur les routes de montagne, le Q8, malgré le mode Dynamic, se veut pataud et les reprises difficiles dûes à la réactivité toute relative de la boîte. L’amorti laisse également à désirer, la faute à des jantes surdimensionnées de 22’’. Le tout, pour une consommation relevée de 11,8 l/100 km, malgré un mild-hybrid de 48 volts embarqué. Des défauts qui ne seront certainement pas gommés par l’autre déclinaison en 231 ch du diesel 3.0 l.  

 

Les espoirs se tournent en revanche vers l’arrivée prochaine au catalogue d’un moteur essence V6 3.0 l de 340 ch, qui ne devrait cependant représenter que 2 à 3 % des ventes, ainsi que d’une version SQ8 dotée d’un V8. Si le gabarit du Q8 ne fait pas non plus de lui un véhicule adapté aux villes, malgré une agilité plutôt marquée, c’est en revanche sur les grands axes que le SUV Coupé montre toutes ses qualités. Au programme, une insonorisation à toute épreuve et une suspension bien calibrée avec le mode Confort sélectionnable via l’Audi drive select. Ce dernier ajuste la direction, la réactivité de l'accélérateur, la gestion de la boîte de vitesses et, selon les versions, de l'amortissement à travers plusieurs modes (allroad, offroad, confrort, auto, dynamic, individual.)

 

A partir de 78 300 euros

 

Audi propose pour son Q8 quatre finitions, Q8, S line, Avus et Avus Extended. Dès l’entrée de gamme, qui devrait représenter environ 6 % des ventes seulement, le SUV Coupé se dote notamment des optiques full LED, du Virtual Cockpit, de la climatisation automatique bi-zone, du système de navigation MMI. Niveau sécurité, l’arsenal se veut complet avec l’avertisseur de collisions, de l’aide au stationnement avant et arrière, du régulateur/limiteur de vitesses ainsi que l’avertisseur de franchissement de ligne. A noter toutefois l'absence de la caméra de recul, disponible de série sur la finition supérieure S Line, qui devrait peser pour 36 % des ventes.

 

Ticket d’entrée de ce Q8 : 78 300 euros pour la version d'entrée de gamme, tandis que le cœur de gamme a été fixé à 85 200 euros en S Line et 89 200 euros en Avus. La plus haute finition Avus Extended se négocie à 100 800 euros. Sans oublier le malus pour le moment compris entre 2 940 et 5 340 euros. Audi estime un prix moyen supérieur à 100 000 euros compte tenu la structure de la gamme et du panier moyen des options sur son petit frère le Q7. Cible visée, les professionnels, à 75 %, principalement des professions libérales, des cadres supérieurs et chefs d'entreprises. Le tout, pour environ 1 500 unitées commercialisées en année pleine.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le gouvernement propose un barème du malus moins sévère

Un amendement visant à assouplir le barème du malus a été déposé par le gouvernement dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2019. La grille débuterait toujours à 117 g/km

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page