Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Michelin confirme ses objectifs 2018

Les taux de changes négatifs ont impacté les résultats du groupe à hauteur de 218 millions d'euros.

Michelin confirme ses objectifs 2018

A l'occasion de la publication de ses résultats semestriels, le groupe Michelin a fait état d'un bénéfice net en hausse, mais de ventes nettes et d'un bénéfice opérationnel impactés par les effets de change. Malgré cela, le manufacturier a confirmé ses objectifs annuels.

 

Bilan semestriel contrasté pour le groupe Michelin. Celui-ci a présenté des résultats à deux vitesses avec tout d'abord un bénéfice net en hausse de 6 %, à hauteur de 917 millions d'euros, grâce essentiellement à la baisse des taux d'intérêt et d'impôts. Dans le même temps, le manufacturier tricolore a vu ses ventes nettes reculer de 4,1 %, pour un total de 10,60 milliards d'euros, sous l'effet de taux de changes négatifs.

 

Selon le directeur financier du groupe, Marc Henry, la baisse de plusieurs devises par rapport à la monnaie unique européenne a amputé les bénéfices de 218 millions, un résultat qualifié de "particulièrement violent". Ce facteur a aussi eu un impact sur le bénéfice opérationnel du groupe qui a chuté de 4,7 % (1,327 milliard d'euros).

 

Focus sur les pneus de spécialité

 

Dans ce contexte, la performance du premier semestre est un "bon résultat" pour Marc Henry, qui en a profité pour confirmer les objectifs 2018. Sur l'ensemble de l'année, Michelin table toujours sur "une croissance des volumes en lien avec l'évolution mondiale des marchés". Il prévoit une croissance du bénéfice opérationnel sur opérations courantes "supérieur à celui de 2017, hors effet de change" et la "génération d'un cash-flow libre structurel supérieur à 1,1 milliard d'euros", comme indiqué dans un communiqué.

 

Segment par segment, le manufacturier s'attend à un ralentissement de la croissance sur les marchés première monte tourisme camionnettes et poids lourds, mais à une demande toujours soutenue dans les pneus de spécialité. D'où sa décision annoncée le 12 juillet de casser sa tirelire pour acquérir le Canadien Camso moyennant 1,45 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros) afin de se renforcer dans les pneus de spécialité.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les Grands Prix de la Distribution Automobile se profilent

En novembre prochain, aux côtés des Concession et Groupe de l'Année, le Journal de l'Automobile élargira le périmètre de son événement dédié à la distribution. Les Grands Prix de la Distribution

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page