Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Bosch Rodez acte sa transition

L'avenir de 700 des 1 600 employés était en suspens.

Bosch Rodez acte sa transition

Les syndicats et la direction de l'usine Bosch de Rodez ont signé un accord de transition impliquant le déblocage d'une enveloppe de 14 millions d'euros pour moderniser le site et sauvegarder des emplois.

 

Premier site de fabrication du groupe en France et principal employeur de la région Occitanie, l'usine Bosch d'Onet-le-Château, près de Rodez, entrevoit une sortie de crise. Réunis en comité de direction extraordinaire mercredi 4 juillet, les organisations syndicales et la direction du site ont signé un accord de transition actant la mise en place d'un nouveau projet industriel pour la période 2018-2021. Très attendue, cette signature va permettre de moderniser massivement l'usine tout en évitant un plan social pour 700 des 1 600 salariés.

 

Une enveloppe de 14 millions d'euros sera ainsi débloquée par Bosch dans le but de moderniser une ligne de production d'injecteurs. A plus long terme, 30 autres millions pourraient être investis afin de préparer la diversification de l'usine. Dans les années à venir, celle-ci pourrait ainsi être amenée à se tourner vers divers secteurs tels que l’aéronautique, l’hydrogène et d’autres applications automobiles, ainsi que l’horlogerie. Une façon de pérenniser cet outil industriel dans un contexte de baisse significative des modèles diesel.

 

Un recours limité à l'activité partielle

 

Si les syndicats Sud, CFDT et CFE-CGC ont signé cet accord, la CGT, quant à elle, s'est abstenue, dénonçant dans un communiqué un "accord de compétitivité sans contrepartie. Bosch joue les précurseurs en matière de recul des droits sociaux et de l'emploi en France". Interrogé par nos confrères de l'AFP, Cédric Belledent, délégué Sud de l'usine, n'est pas de cet avis. "On a pris nos responsabilités. Si on ne signe pas, c'est un PSE pour la fin de l'année pour 700 personnes."

 

"C’est un accord juste qui nous permet de poursuivre les actions afin de préparer l’avenir du site de Rodez", juge Heiko Carrie, président de Robert Bosch France et Benelux. Pour limiter le recours à l'activité partielle, Sud précise que cet accord prévoit des mesures sur le temps de travail des seniors sur la base du volontariat, l'impossibilité pour les salariés de mettre notamment leurs RTT et leurs congés d'ancienneté sur leurs comptes-épargne-temps.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L’Europe envisage de réduire de 30 % les rejets de CO2 en 2030

Le 10 juillet, les députés des commissions Transports et Industrie ont examiné le texte relatif aux objectifs des émissions de CO2 post 2020. Avec, à la clé, une baisse attendue de 30 % d’ici 2030,

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page