Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Philippe Buros :

Philippe Buros : "L'impact des nouvelles normes doit être fiscalement neutre"

Avec 30,2 % de parts de marché sur juin et 26,4 % sur le premier semestre 2018, le groupe Renault affiche sa satisfaction. Les loueurs de courte durée ont repoussé beaucoup de livraisons en juin. De leur côté les entreprises ont craint l'impact des nouvelles normes.

 

Avec une part de marché de 30,2 % en juin 2018, le groupe Renault (avec Dacia) réalise une belle performance. La marque Renault a cependant souffert sur le marché des particuliers. Les immatriculations de la première marque française ont certes bondi de 12 % pour atteindre une part de marché de 23,68 % mais les particuliers n'y sont pour rien.

 

Au contraire, Renault a reculé de 15,3 % sur ce segment de clientèle par rapport à juin de l'année dernière. Une comparaison à prendre avec précaution au regard de la surperformance enregistrée en juin 2017. Et surtout, pour Philippe Buros, directeur du commerce France de Renault, ce résultat ne masque aucune animation commerciale supplémentaire, ni prime versée aux distributeurs pour chaque vente additionnelle aux clients particuliers.

 

Les autres canaux en revanche ont largement aidé ce bon résultat de juin et notamment les loueurs de courte qui ont mis à la route 40,8 % de voitures supplémentaires en juin 2018 par rapport à juin 2017, soit 12 197 véhicules supplémentaires (11 029 véhicules en plus sur le semestre 2017 par rapport à 2017. "Il ne faut y voir aucune volonté d'immatriculations tactiques. L'explication est très simple : en 2017, les loueurs de courte durée nous avaient demandés de livrer les véhicules plus tôt dans l'année. Mais en 2018 et notamment pour le marché corse, les loueurs ont préféré être livrés en juin pour les mois d'été, de juillet et août", affirme Philippe Buros.

 

La règle dans le groupe Renault est claire : la part de marché de la marque dans les ventes aux particuliers doit être supérieure à celle dans les flottes, qui elle-même doit être supérieure à celle dans les canaux tactiques que représentent les véhicules de démonstration et les loueurs de courte durée !

 

Anticipations d'immaticulations sur le segment des entreprises et des flottes

 

Le segment des flottes d'entreprises n'est pas en reste : + 28,8 % de hausse sur juin 2018 contre 1,5 % sur le premier semestre 2018. Sur ce canal, Philippe Buros y voit clairement un phénomène d'anticipation lié aux nouvelles normes d'homologation."Je ne pense pas que les constructeurs anticipent eux-mêmes ces nouvelles normes. En revanche, du côté des flottes d'entreprise, la tendance se dessine nettement. Les gestionnaires de flottes se demandent comment vont évoluer les taxes et les constructeurs cherchent à deviner comment ce passage va se passer par rapport à la concurrence. La vérité n'éclatera qu'en septembre 2018", poursuit Philippe Buros. Mais il faut que le gouvernement maintiennen sa position à savoir un impact neutre fiscalement !"

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ford France prépare un chatbot publicitaire

La marque à l'ovale lancera, en octobre 2018, un robot conversationnel qui interpellera les internautes et les socionautes pour leur parler de la nouvelle Focus, en attendant d'autres modèles. Un projet

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page