Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La sortie de route d'Autolib'

La sortie de route d'Autolib'

Opérateur du service d'autopartage, le groupe Bolloré réclame à la Mairie de Paris 40 millions d'euros par an jusqu'à 2023 pour combler le déficit. A cette date, le trou financier devrait atteindre 293,6 millions d'euros.

 

Déjà accusée de mauvaise gestion des vélos en libre service dans la capitale, la Mairie de Paris fait face à une nouvelle difficulté, se voyant sommée d'éponger le lourd déficit du service d'autopartage Autolib par son opérateur, le groupe Bolloré.

 

Ce dernier réclamerait 40 millions par an jusqu'en 2023 à Paris et aux autres communes concernées pour combler un trou financier qui devrait atteindre 293,6 millions d'euros à cette échéance, a affirmé jeudi le journal Le Monde, en citant un document interne du groupe Bolloré. "L'industriel refuse de combler le gouffre seul mais, jusqu'ici, les négociations (avec la Mairie de Paris) ont tourné court", écrit Le Monde.

 

Lors du lancement en 2011 des Autolib', le contrat négocié jusqu'en 2023 avec le groupe Bolloré prévoyait que l'industriel prendrait en charge les pertes éventuelles à hauteur de 60 millions d'euros. Au-delà, il revenait aux communes concernées – Paris, mais aussi 97 petites villes qui entourent la capitale – de mettre la main à la poche. Or, malgré son succès commercial (153 542 abonnés en avril 2018 contre 139 262 un an avant), le service Autolib' s'est transformé en "échec économique", selon Le Monde, pour qui "le système pâtit de la mauvaise rotation entre Paris et les communes voisines".

 

A deux ans des prochaines élections municipales, ces révélations tombent mal pour la Maire de Paris, la socialiste Anne Hidalgo, déjà sur la sellette pour des ratés autour du système de vélos en partage Vélib' et ses décisions contestées pour limiter la circulation des voitures dans la capitale.

 

Le changement d'opérateur pour les Vélib' a tourné au fiasco, le gagnant de l'appel d'offres se révélant incapable de tenir les délais et privant de vélos de très nombreux abonnés, provoquant une forte bronca. (Avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Volvo inaugure sa première usine américaine et dévoile la S60

Le Suédois dispose maintenant d'un outil de production sur son troisième marché mondial, les Etats-Unis. Dans un premier temps, cette usine de Charleston produira la nouvelle berline S60 avant d'être

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page