Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mobi : les constructeurs de concert pour la blockchain

Mobi : les constructeurs de concert pour la blockchain

Trente industriels, dont Renault, BMW, General Motors et Ford, se sont réunis au sein d'une nouvelle organisation dénommée "Mobi". Un groupe de travail international qui a pour finalité de concrétiser les applications de la blockchain dans l'automobile.

 

Après les initiatives isolées, vient le temps de l'œuvre collective. Ce 2 mai 2018, une trentaine d'industriels internationaux ont annoncé, à l'occasion du Future Blockchain Summit de Dubaï, la création d'un groupe de recherche dédié à l'intégration de la blockchain dans l'univers de l'automobile. Réunis sous la bannière de Mobi (pour Mobility Open Blockchain Initiative), Renault, General Motors Ford et BMW, mais également Bosch, ZF, IBM et Accenture, parmi tant d'autres, vont collaborer dans l'optique de rendre "les transports plus sûrs, plus abordables et plus largement accessibles en utilisant la technologie Blockchain".

 

A la direction de Mobi, on retrouve un nom qui n'est pas étranger puisqu'il s'agit de Chris Ballinger, l'ancien directeur financier et directeur des services de mobilité du Toyota Research Institute. "La blockchain et les technologies connexes améliorent la confiance, et vont révolutionner l’industrie automobile ainsi que la façon dont les consommateurs achètent et assurent leurs véhicules", partage-t-il sa conviction dans le projet de recherche. Les domaines d'application vont varier, allant de l'authentification à la sécurisation des données en passant par le paiement de services, la traçabilité logistique ou la sécurisation des véhicules autonomes.

 

Toyota manque à l'appel. Le groupe japonais mène pour le moment sa barque en solitaire. Mais il n'est pas exclu de voir la liste des partenaires de Mobi gonfler avec le temps. Mercedes, qui présentait une solution de crypto-monnaie écologique au MWC de Barcelone, en février dernier, pourrait faire partie de ceux-ci, tout comme Hewlett-Packard Enterprise qui, à cette même époque, lançait une expérimentation de crypto-valorisation des données issues des capteurs de l'automobile.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Véhicules étendus : Bruxelles veut élargir l'accès des données

La Commission européenne vient d'annoncer qu'elle pourrait mettre en place une réglementation relative aux véhicules dits "étendus", si l'accès aux serveurs d'hébergement des données n'était pas suffisamment

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page