Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi : la digitalisation au cœur du futur contrat

Audi : la digitalisation au cœur du futur contrat

Entre distributeurs et concédant, le dialogue se poursuit quant à l'élaboration du nouveau contrat de distribution. Si les deux parties semblent vouloir aboutir à un accord d'ici la fin de l'été, la digitalisation cristallise la plupart des craintes…

 

Voilà près d'un an que le constructeur et le groupement européen des distributeurs Volkswagen/Audi sont en discussion pour l'élaboration d'un nouveau contrat de distribution. S'il existe un tronc commun, valable pour tous les réseaux européens, d'autres aspects font l'objet de discussion au niveau national. C'est d'ailleurs le cas en France.

 

"Entre 2003, date du dernier contrat, et aujourd'hui, beaucoup de choses ont évolué. Ainsi, plusieurs paramètres sont à prendre en compte et il s'agit aussi pour le constructeur de bien mesurer les impacts qui en découleront", explique Franck Ropert, le président du groupement des concessionnaires Audi. Ces paramètres concernent notamment les aspects liés à la voiture connectée, l'électrification de la gamme et la digitalisation. Plus largement, le constructeur comme les distributeurs doivent faire face à un changement de business model et non pas à une évolution règlementaire comme ce fut le cas en 2002.

 

La digitalisation au centre du débat

 

"Par rapport au timing initial, la marque a compris qu'il fallait prendre plus de temps et notamment sur le thème de la digitalisation."  Un thème qui a en effet suscité quelques craintes au sein du réseau. "Audi s'est montrée très offensive au départ tout en comprenant aussi qu'elle avait besoin d'un réseau physique et que le tout digital devait également se faire au travers de l'existence de celui-ci, ce qui nous a rassuré", explique Franck Ropert. "Mais dans le nouveau parcours client qui se dessine et ce nouveau schéma de distribution, il reste toutefois à définir la rémunération, aussi bien dans sa partie fixe que variable", ajoute-t-il, car, selon lui "les impacts découlant de cet écosystème digital seront différents".

 

Et Franck Ropert de conclure que "si les distributeurs ne contestent pas le contrat, ils souhaitent affiner certaines choses avec le constructeur. Tout se passe bien jusqu'ici, mais il s'agit de prendre son temps". Avec l'objectif d'y d'aboutir à la fin de l'été…

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
PSA confiant pour redresser la barre en Chine

Après trois années de baisse ayant conduit PSA a vendre "seulement" 387 000 véhicules en 2017 dans le pays, le groupe français dirigé en Chine par Carlos Gomes veut inverser la tendance dès cette

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page