Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nvidia proposera un simulateur de conduite autonome

Nvidia proposera un simulateur de conduite autonome

Lors de sa conférence annuelle, en Californie, Nvidia a dévoilé plusieurs nouveautés, dont Drive Constellation, une suite de logiciels qui serviront à simuler la conduite autonome en laboratoire.

 

BMW l'a affirmé durant sa conférence annuelle, le 21 mars dernier : la conduite autonome sera mise à l'épreuve sur une distance de 250 millions de kilomètres, dont 20 millions en réel et 230 millions en simulateur, avant d'être intégrée aux véhicules commercialisés. Cette annonce est à rapprocher de celle faite par Nvidia à l'occasion de son événement annuel. La société technologique californienne a en effet dévoilé une suite logicielle du nom de "Drive Constellation", qui correspond à cette offre de simulateur de conduite autonome.

 

Comme de coutume, c'est à Jen-Hsun Huang, le président-cofondateur de Nvidia, qu'il est revenu de présenter le produit à proposer aux constructeurs, aux équipementiers et aux sociétés d'ingénierie. Dans les faits, il s'agit de deux serveurs, Drive Sim et Drive Pegasus AI. Le premier simule le travail des capteurs, dont les radars, les caméras et les lidars. Le second permettra de tester l'intégralité de l'intelligence en charge de la conduite autonome, en intégrant des données de capteurs, comme en condition réelle.

 

Ce nouveau service proposé par Nvidia doit contribuer à gagner en robustesse des systèmes. "Nous avons réussi à combiner nos expertises en matière de traitement d'images et de gestion des données", s'est félicité Rob Csongor, vice-président de Nvidia et directeur général de la branche Automobile du groupe qui fêtera l'an prochain ses vingt ans d'existence.

 

En revanche, Nvidia semble vouloir rester discret sur l'accident récent du véhicule autonome de Volvo opéré par Uber. Pourtant, la société californienne a toutes les raisons de prendre la parole à ce sujet, durant son événement. En janvier dernier, lors du CES, Nvidia avait été adoubée par la société de VTC, tout comme par Volkswagen et Aurora. De plus, Volvo avait été un des premiers à communiquer sur son partenariat avec le groupe de Jen-Hsun Huang. Une discrétion qui pourrait faire débat, alors que Nvidia s'est employé à séduire les plus grands équipementiers automobiles depuis deux ans.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
PSA confiant pour redresser la barre en Chine

Après trois années de baisse ayant conduit PSA a vendre "seulement" 387 000 véhicules en 2017 dans le pays, le groupe français dirigé en Chine par Carlos Gomes veut inverser la tendance dès cette

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page