Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le marché allemand reste solide

Malgré une baisse de 3,3% en 2017, la marque VW demeure l'incontestable leader du marché avec 634270 immatriculations et une part de marché de 18,4%.

Le marché allemand reste solide

Malgré une année assez irrégulière, le marché allemand conclut l'exercice 2017 à un niveau plus atteint depuis 2009. Ainsi, 3441262 millions d'immatriculations ont été enregistrées outre-Rhin, soit une croissance de 2,7%, selon les chiffres de l'agence fédérale automobile KBA.

 

"Le marché allemand de la voiture particulière a crû l'an passé pour la quatrième année consécutive et atteint ainsi le volume le plus élevé de la décennie", s'est réjoui dans un communiqué Matthias Wissmann, président de la fédération allemande de l'automobile VDA. Le volume de ventes n'avait pas été aussi élevé depuis l'instauration en 2009, lors de la crise financière, d'une prime à la casse pour soutenir le marché. "Il s'agit d'un très bon résultat" étant donné le niveau déjà élevé des immatriculations, estime Peter Fuss, expert automobile du cabinet de conseil EY, pour qui la santé du marché du travail allemand ainsi que les diverses primes et réductions mises en place par les constructeurs expliquent cette performance. Mais 2018 pourrait marquer la fin de l'euphorie. Peter Fuss n'attend pas de croissance du marché automobile allemand, alors que les primes à l'achat des constructeurs pour inciter les clients à dire adieu à leurs vieux Diesel doivent disparaître en cours d'année.

 

Sans surprise, en 2017, la part de marché des moteurs Diesel, qui s'était déjà effritée en 2016 dans le sillage du scandale des moteurs Diesel truqués de Volkswagen, a poursuivi son déclin, plongeant de plus de 7 points, à 38,8%. Le cabinet EY table sur une poursuite de la dégringolade en 2018, à 33% de part de marché. Cette technologie représentait encore 45,9% des ventes de voitures neuves en 2016 et 48% en 2015. Ce décrochage intervient alors que plusieurs villes allemandes pourraient bientôt interdire à la circulation les véhicules Diesel les plus polluants. Sur d'autres marchés européens également, le Diesel fait moins recette qu'avant. En France, sa part de marché est tombée à 47,3% en 2017, passant sous la barre symbolique des 50% pour la première fois depuis l'an 2000. En Allemagne, les voitures à essence ont profité de ce désamour. Leur part de marché a grimpé de 52,1%, à 57,7 % en un an.

 

Les motorisations alternatives représentent toujours une goutte d'eau sur le marché allemand, en dépit d'une nette progression. L'an passé, il s'est vendu près de 85000 voitures hybrides neuves (+76%), soit 2,5% du marché, et quelque 25000 voitures tout électrique (+120%), qui ne pèsent que 0,7% du marché. Les primes aux voitures électriques et hybrides mises en place par Berlin à l'été 2016 ont suscité un intérêt croissant, mais très limité. Fin 2017, seulement 10% de l'enveloppe de 600 millions d'euros prévue pour cette mesure avait été utilisée et un peu moins de 47000 demandes enregistrées.

 

 

L'année écoulée a été particulièrement porteuse pour les importateurs. Leurs ventes ont augmenté de 7,6% et leur part de marché a progressé à 38,2% en 2017, selon leur fédération, la VDIK, qui parle de sa meilleure année depuis sa création il y a plus de soixante ans (2009 mis à part). Chez PSA, Citroën (+8,3%) et Peugeot (+25%) ont fait nettement mieux que le marché tandis qu'Opel, depuis peu dans l'escarcelle du groupe français, a fait du surplace. Renault a enregistré une progression de 8,1%. Le nouveau venu américain Tesla a fait des étincelles (+75%) pour une part de marché encore dérisoire (0,1%).

 

La domination de la marque Volkswagen s'est confirmée même si sa part de marché s'est encore étiolée (18,4%), sous l'effet d'une baisse des ventes de plus de 3% sur un an. Dans le haut de gamme, l'Allemand Mercedes (groupe Daimler) a tiré son épingle du jeu (+4,8%) tandis que ses rivaux et compatriotes Audi (-2,2%) et BMW (-0,1%) ont cédé un peu de terrain.

Avec AFP

 

Retrouvez ici la performance de toutes les marques avec les chiffres du KBA


Fichier lié à l'article

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le marché européen au-dessus des 15 millions de VN

Il a fallu attendre 10 ans pour que le marché automobile européen approche de son niveau d’avant-crise. En 2017, la barre symbolique des 15 millions de véhicules neufs immatriculés a de nouveau été

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page