Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nouvel accord social chez Renault

Nouvel accord social chez Renault

Après l'annonce de la signature d'un troisième syndicat, cet accord, couvrant la période 2017-2019, sera signé sous peu et offrira plus de flexibilité au constructeur qui s'engage dans le même temps à embaucher 3600 CDI et à reconduire 6000 contrats jeunes.

 

(AFP)

Six mois après PSA, Renault a obtenu lundi le feu vert d'une majorité de syndicats pour un nouvel accord triennal sur l'emploi, qui demande plus de flexibilité aux salariés mais garantit un volume d'activité dans les usines. Le syndicat CFDT du constructeur (troisième organisation) a annoncé qu'il signerait ce "contrat d'activité pour une performance durable". Une décision qui permet au texte de rassembler les 50% nécessaires des voix aux élections professionnelles, le projet ayant déjà obtenu l'aval de la CFE-CGC (premier) et de FO (quatrième).

 

Le texte devrait être officiellement signé vendredi, selon la CFDT, qui salue un accord "renforçant le dialogue social". "C'est un compromis très favorable et prometteur", a déclaré à l'AFP Franck Daoût, son délégué. En échange d'une hausse de la flexibilité demandée, par exemple une heure supplémentaire travaillée par jour en cas de hausse de l'activité, le constructeur s'engage à embaucher 3600 CDI sur la période (2017-2019), et à reconduire 6000 contrats jeunes.

 

Ces embauches compenseront à peine le nombre de départs naturels sur la période (retraite, démission, décès), selon la CFE-CGC. Selon les calculs de la CGT (deuxième syndicat), il manque encore 1000 CDI pour combler le trou, sans compter les intérimaires que la direction souhaite réduire de moitié (-4500).

 

Pour les partants, "les conditions de départ seront plus restrictives qu'entre 2013 et 2016", explique Bruno Azière de la CFE-CGC. Les dispenses d'activité à trois ans de la retraite seront réservées aux salariés ayant travaillé au moins quinze ans en horaires décalés ou reconnus en incapacité permanente d'au moins 10% par la Sécurité sociale. L'entreprise renouvelle par ailleurs son engagement à maintenir l'ensemble des sites Renault en France, et à assurer un volume de production annuel moyen "au moins égal à celui de 2016". Rassurant pour la CFDT, qui note avec satisfaction des "projets d'avenir" pour les sites de Lens et de Villeurbanne.

 

Lors des négociations, Renault avait reculé sur une modulation annuelle du temps de travail, mais l'accord prévoit néanmoins la possibilité d'exiger des salariés une heure supplémentaire de travail par jour, jusqu'à huit jours par mois et cinquante par an. "Les conditions de vie et de travail déjà largement dégradées (...) vont encore empirer", dénonçait fin décembre la CGT.

 

L'accord propose également une évolution de la formation, en favorisant la transmission des savoirs et le tutorat entre salariés seniors et les plus jeunes. Il devrait aussi, selon la CFDT, améliorer le dialogue social en donnant la parole "sans frein" aux salariés de la production. Il succède à l'accord de compétitivité de 2013 qui, selon la direction, devait se solder, selon le bilan prévu à fin 2016, par 9200 départs sur trois ans et 3000 embauches (contre 730 prévues initialement), dont une partie seront réalisées en 2017. Depuis, la situation économique de Renault s'est considérablement améliorée. Fin juillet, l'entreprise avait publié un bénéfice net en hausse de 7,5% pour le premier semestre 2016, à 1,5 milliard d'euros.

 

En juillet 2016, le constructeur automobile PSA est parvenu à renouveler son accord triennal avec une majorité de syndicats, prévoyant des départs volontaires et des mobilités internes pour la quatrième année consécutive. Renault recensait 35000 salariés fin 2015 dans le périmètre concerné par l'accord (Renault SAS et sept filiales industrielles).

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
BMW dans le colimaTrump !

Après Ford, GM et Toyota, c'est au tour de BMW d'être pris pour cible par le futur président des Etats-Unis. Mais le ministère allemand de l'Economie monte au créneau.

Preview des highlights du CES 2017

En passe de devenir aussi une grand-messe de l'automobile, le CES nous réserve un feu d'artifice d'innovations. Spicilège.

Les constructeurs mis à l'index

Les écarts de consommation des véhicules entre les données officielles et la réalité ne cessent de s'accroître, accuse l'association Transport & Environment.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page